On était à Charleroi-Saint-Trond avec le peuple zébré

le
0
On était à Charleroi-Saint-Trond avec le peuple zébré
On était à Charleroi-Saint-Trond avec le peuple zébré

Charleroi, en Belgique, a bon dos en ce moment, entre son titre officieux de ville la plus laide du monde et les nombreuses affaires de terrorisme qui y sont liées. Mais cela n'empêche pas les supporters du Sporting de mettre le feu à chaque match.

La Belgique, sa population accueillante et ses paysages ornés de terrils, ses collines datant de la période dorée du charbonnage. C'est ce qu'on peut voir à Charleroi, aka le "Pays noir", métropole de l'ouest de la Wallonie, la partie francophone du royaume, et tristement célèbre pour ses vieilles usines abandonnées qui lui ont valu son titre de " ville la plus laide du monde " par la presse néerlandaise. Il est 19h30 au stade du Pays de Charleroi, plus communément appelé le Mambourg. Le match de ce samedi soir du Sporting contre Saint-Trond valant pour la deuxième journée des playoffs 2 en Jupiler Pro League ne débute que dans une heure. Pourtant, les rues sont déjà teintées de blanc et de noir, les couleurs du club, avec la masse de supporters qui se rend aux bars des alentours afin de boire une, voire deux, si ce ne sont pas trois petites bières avant de pénétrer dans l'enceinte. Mais on ne parle pas forcément de la prochaine rencontre, entre "Carolos". Les discussions portent plutôt sur la semaine de travail écoulée ou de leur passage à la fête foraine présente comme chaque année après Pâques. Écharpe au cou et maillot délavé à force d'avoir côtoyé la tribune 4, celle du peuple, chacun attend pourtant ce match avec impatience depuis le coup de sifflet final, samedi passé. " Chaque semaine, on a hâte que ce soit le week-end pour aller voir le Sporting ", explique fièrement Danny, bien présent comme à chaque journée. " Toute la semaine, je bosse et je casse les couilles à mes collègues parce que je n'arrête pas de chanter les chants de Charleroi et parce que j'en parle tout le temps. C'est dans les tripes. " Malheureusement, les récents attentats survenus à Bruxelles retardent de quelques minutes l'entrée du public. La sécurité a été renforcée et chacun doit être fouillé sous les regards attentifs d'une dizaine de policiers. Une fois à l'intérieur, certains passent devant les magnifiques fresques du club pour aller faire une vidange avant le coup d'envoi, d'autres s'en vont commander leur(s) bière(s) pour ne pas mourir de déshydratation pendant la première mi-temps, l'un n'empêchant pas l'autre. Dans le kop, les ultras sont installés tout devant, les drapeaux sont sortis, les écharpes brandies et ça chante déjà. "Si on est les meilleurs supporters de Belgique ? ", répète Danny,…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant