On était à Boulogne – Quevilly

le
0
On était à Boulogne – Quevilly
On était à Boulogne – Quevilly

L'US Boulogne, National, recevait l'US Quevilly, CFA, en match de préparation hier au Stade de la Libération. On a été voir s'il faisait toujours aussi beau dans ce coin de pays. Compte-rendu depuis la tribune Franck Ribery.

La Friterie "Dédé" marque l'entrée nord de Boulogne-sur-Mer. La route plonge sur le port, le soleil fait pétiller l'eau ridée de voiles, sur la plage largement découverte par la marée basse courent des joggeurs. Le tableau a quelque choses des maîtres flamands, à peine entaillé par la masse difforme de Nausicaá – l'aquarium, pas la princesse de l'Odyssée. L'accès Nord répond joliment à celui du Sud, où la gare SNCF, grise et terne, signale la frontière entre le premier port de pêche français et la tristement célèbre ville d'Outreau. Ici, au septentrion, le chemin passe devant le bassin Napoléon et son cliquetis de haubans, grimpe vers la vieille ville, serpente autour des fortifications, dépose au stade de la Libération, couvé du regard par Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception, une basilique. Clémence distribue, entre deux sourires, les billets pour la tribune Franck Ribéry.

Nénesse et Mauricette, en rouge et noir


À l'entrée, Nénesse et Mauricette sont immanquables. Nénesse, fils de Nénesse, illustre des Ch'tis boulonnais, arbore un t-shirt " Meilleur public de Ligue 2 2010-2011 " ; Mauricette trimballe son mégaphone, agrippée au bras de son futur époux : ils se marieront le 5 septembre prochain " en rouge et noir ! " L'arrivée dans la tribune en pierre dédiée à Ch'ti Franck ne passe pas inaperçue. Ils serrent des pinces à tout-va, saluent un enfant par ci, un ancien par là. " Va pas trop loin ! ", crie Mauricette à Nénesse. Lui obéit, s'assoit, déballe un paquet de chips, fait chauffer le mégaphone. Il va vriller les tympans pendant 45 minutes d'un chant unique. Ce qui ne perturbe pas outre mesure le gamin Baptiste, fervent commentateur de chaque action boulonnaise, qui invite son père à regarder le " panneau d'affichement " annonçant la mi-temps à venir. Sur le terrain, ça fait 2-0 pour les locaux.

Depuis la buvette, en surplomb de la tribune, les friteries "Sensas" rappellent le record du " plus gros cornet de frites au monde " : 6 225 kg à Hazebrouck en 2013. " six tonnes, vindious ! " Sur l'autre versant, le soleil se couche paresseusement sur le clocher de la basilique. Ambiance bucolique, bercée par les conversations mâtinées d'accent local, simple et chaleureux. Jusqu'à la reprise du match : la sono crache un remix techno de la BO de Pirates des Caraïbes au goût plus que douteux. Les quelque 900…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant