On était à Bauer pour voir le Red Star monter en L2

le
0
On était à Bauer pour voir le Red Star monter en L2
On était à Bauer pour voir le Red Star monter en L2

En atomisant Istres (4-0), le Red Star, vénérable institution du foot français, va donc retrouver un certain standing en L2, digne de sa riche histoire et surtout des attentes que placent en lui politiques – François Hollande en tête – et presse spécialisée dans l'avènement d'un second " grand " parisien. Sauf que, l'an prochain, tout deviendra différent pour les joueurs, le staff et les supporters, avec chacun leurs préoccupations bien spécifiques. Vendredi soir, la " grande famille " du club a feint de partager la joie de cette montée si longue à se concrétiser. Dernier Pogo à Bauer

Le match ne fut qu'une formalité. Vite expédié. Le Red Star a explosé dès la première mi-temps – 3 à 0 - un FC Istres qui semblait n'avoir emmené que ses U19, peut-être pour économiser ses faibles chances de maintien. Dans les travées du Kop, dès la mi-temps, des feuilles d'émargements circulent pour demeurer informé de l'organisation de la saison 2015-2016. Tout le monde s'est fait une raison. Malgré les chants clamant " le Red Star, c'est à Bauer ", la L2 se déroulera inévitablement ailleurs, et sans assurance, pour être honnête, d'y retourner. A l'entrée de la tribune populaire, d'un stade plein pour une fois - 3000 personnes – le gars de la sécu qui tente avec bonhomie de contenir les flots contraires de sortie et d'entrée, souffle qu'il espère continuer à bosser pour le Red star et que le contrat de sa boite concernera la prochaine enceinte. Car il faudra donc quitter le stade historique, sûrement pour celui de Sannois-Saint-Gratien , voire le Stade de France, pour quelques rencontres de prestige (contre Lens par exemple, si les Sangs et Or passent l'été). " C'est ridicule, s'amuse Julien, un ancien du kop, le Red Star en L2, ce sera 7000 personnes maxi, qu'est que cela va donner au SDF ? "

Hamer Bouazza

Pendant ce temps, à chaque but, de gros pétards claquent, provoquant la panique des stadiers et de l'encadrement, avec appel au micro du speaker " pour ne pas gâcher la fête ". On campe déjà la comédie des grands. La sécu se met en rang devant les supporters, avec un " chef " aux mains gantées, comme dans un rap de MC Jean Gab1. Des CRS se positionnent un temps dans l'angle contre une grille, auxquels des gamins hilares balancent " flic, arbitres ou militaires, qu'est ce qu'on ne ferait pas pour un salaire ". L'éducation politique par le foot ? Les fumis viendront un peu illuminer de leur bonne odeur de souffre cette nuit estivale. Comédie toujours. Au coup de sifflet final, les premiers téméraires qui s'aventurent sur le terrain - déroulement pourtant prévu et annoncé dans un tract distribué à l'entrée - se font ceinturer comme lors d'une bonne et veille interpellation aux Halles. De guerre lasse, le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant