On était à Barcenal avant Barcelone-Arsenal

le
0
On était à Barcenal avant Barcelone-Arsenal
On était à Barcenal avant Barcelone-Arsenal

Avec un alléchant Bayern-Juventus comme concurrent, le duel déjà spoilé entre Barcelone et Arsenal était voué à l'ignorance de la communauté mondiale du foot. Et ce ne sont pas les habitants de Barcenal, en Belgique, qui ont fait exploser l'audience. Mais on y était…

Ça souffle fort, très fort. La petite route qui vient couper la N949 menant de Leignon à Ciney monte tellement qu'on se retrouve finalement à une hauteur où, plus qu'ailleurs, le vent est roi. À quelques centaines de mètres de là, des éoliennes ont bien compris le truc et elles en profitent pour tourner en toute vélocité. Il y a du soleil, mais il ne fait pas spécialement chaud. On a beau être en plein milieu de la campagne condruzienne, une région qui abrite une centaine d'habitants au km2, les bagnoles défilent comme si elles faisaient partie d'un cortège… Sauf qu'ici, elles roulent à fond de balle sur les pavés. "Normal", cette rue est un raccourci terrible pour ceux qui veulent rallier plus rapidement Ciney, la capitale du Condroz. Le nom de cette chaussée ? Barcenal. Le nom du village ? Barcenal. Ici, il n'y a qu'une rue, une quarantaine de maisons, pas besoin de plus, donc.



Au milieu du village – et de la rue, donc – deux ouvriers semblent avoir fini leur journée. Ils se dirigent vers leur voiture lorsqu'ils conseillent de s'adresser à leur patron, "un vrai fan d'Arsenal", pour toutes les questions foot. Quand ce dernier ouvre sa fenêtre pour saluer, on comprend bien vite que ses ouvriers ont surtout voulu être tranquilles en se débarrassant du seul obstacle qui les séparait encore de leur maison. "Ha non, je ne suis pas fan d'Arsenal", glisse ainsi Samuel, qui travaille dans la création et l'entretien de parcs et jardins. La petite discussion qui suit permet ainsi de savoir que le jeune homme barbu d'une trentaine d'années a toujours vécu à Barcenal – "je suis né en face" –, mais que le seul lien qu'il peut voir entre son village et le football, c'est le fait que certains clients pensent qu'il vit à Barcelone.

Une colloc de musiciens


"Quand j'étais petit, j'étais tout content de croire que j'habitais à côté du club espagnol", lance un jeune gaillard d'une vingtaine d'années, le sourire dans la voix. À l'époque, Antoine allait très souvent à Barcenal pour rendre visite à ses grands-parents, dont il a repris la ferme, située en face de chez…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant