On est allé au stadio Flaminio, en ruine

le
0
On est allé au stadio Flaminio, en ruine
On est allé au stadio Flaminio, en ruine

La vétusté de la majorité des stades italiens n'est plus une nouveauté, mais la ville de Rome a fait très fort en décidant de ne plus entretenir une enceinte pourtant chargée d'histoire. D'ailleurs, les supporters laziales aimeraient bien s'y installer.

Ce dimanche après-midi, le derby de Rome se disputera dans un Stadio Olimpico à moitié vide, conséquence de la grève des ultras protestant contre les mesures du préfet mais aussi de la désaffection progressive de la part des autres supporters. Une courbe d'affluence qui baisse inlassablement mais qui n'atteindra heureusement jamais le zéro pointé du Stadio Flaminio. Situé à quelques centaines de mètres de là, cette enceinte est reliée à l'élégante Piazza del Popolo par l'interminable Via Flaminia. Il s'agissait du premier stade d'envergure construit dans la capitale italienne et il est totalement laissé à l'abandon aujourd'hui.

À qui le dernier ticket pour la C1 ?

Le stade hanté


Affublé de son gilet jaune fluo, un "posteggiatore" contrôle les voitures garées contre quelques euros par jour. Un peu plus loin, une caravane s'est également installée sur la place "Ankara" loin d'être accueillante au premier abord. Elle se situe devant la Curva Sud si on se base sur la géographie de ce stade entourée de barrières vertes hautes de deux mètres. Une protection voulue par la mairie afin d'empêcher les squats, les cadenas de dix centimètres d'épaisseur étant également un excellent dissuasif. Structure blindée donc, mais nous sommes en Italie, ainsi, après en avoir fait quasiment le tour, on tombe sur un trou béant à travers le grillage et qui permet de tranquillement s'infiltrer. Il se situe pile devant la billetterie encore décorée aux couleurs du tournoi des Six nations. Les portes pour accéder aux bureaux sont bien scellées et des grandes plaques en bois ont été fixées devant les baies vitrées, à travers quelques fenêtres, on peut tout de même voir l'intérieur des pièces visitées et retournées depuis un moment.



En revanche, l'accès aux tribunes est totalement libre. Ici et là, on trouve des tables amochées, des vielles chaises éventrées, la rouille s'est installée partout où elle peut, bien aidée…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant