On est allé au ciné avec Frédéric Thiriez

le
0
On est allé au ciné avec Frédéric Thiriez
On est allé au ciné avec Frédéric Thiriez

Ce vendredi au festival du film d'aventure de Dijon a eu lieu l'avant-première de Par-delà les hauteurs, documentaire retraçant l'ascension des 5 600 mètres du Kala Pattar népalais par onze jeunes franciliens en échec social et professionnel. À l'initiative du projet, la moustache la plus célèbre du foot français s'est déplacée pour l'occasion. On s'est assis à côté d'elle.

Il sort du train avec sa clope au bec, pas volontaire et démarche chaloupée. L'homme est mal rasé, sa moustache se fond dans sa barbe de trois jours, mais les mots sont tranchants, précis. Derrière les lunettes rondes se devine une caboche en ébullition permanente. Il en faut, pour être à la fois patron du foot français et avocat au Conseil d'État et à la Cour de Cassation. Pour monter dans des avions (3e régiment de parachutistes), sur les planches du Trianon (Lorenzaccio d'Alfred de Musset), ou au sommet des montagnes. Aujourd'hui à Dijon, avec le film Par delà les hauteurs, le VRP du foot pro dégaine la carte de l'alpinisme. Et il a un jeu fourni : en 1984, il était de l'expédition menée par Pierre Mazeaud – autre grand juriste et premier français à atteindre le sommet de l'Everest en 1978 – pour tenter l'ascension du Hidden Peak, 8 096 mètres. Si l'expédition ne fut pas couronnée de succès, elle ancre l'attrait que la montagne exerce sur Monsieur Fred et Maître Thiriez.

Moustache et le sprinter de l'Everest


" Je suis obsédé par la mauvaise image du foot " plaide-t-il d'entrée, " il y a quatre ans, j'ai voulu lancer un premier projet, l'ascension du Mera Peak (6 476 mètres, ndlr) avec des associations portant les valeurs du sport, pour planter le drapeau de la fraternité au sommet. Ça n'a pas pu se faire car j'étais complètement pris par l'appel d'offres sur les droits TV, mais c'est parti de là. " Et d'une rencontre, comme souvent dans le cas de projets sortant des sentiers battus. Ici, elle prend le nom de Marc Batard, aka " le sprinter de l'Everest ". Marc Batard détient depuis 1988 le record du monde d'ascension de l'Everest sans oxygène, devenant par la même occasion le premier homme à atteindre le sommet en moins de 24 heures. Rangé des sommets, il a fondé l'association En passant par la montagne. C'est lui qui propose à Frédéric Thiriez de relancer l'idée, en remplaçant les représentants d'associations par une sélection de jeunes en problématique d'insertion sociale ou professionnelle. " Marc me dit : le message est bon, mais il ne faut pas que ce ne soit que symbolique, il faut une véritable dimension éducative. On part avec des jeunes. J'ai dit OK. "

Pour partir au Népal à l'assaut des 5 600 mètres du Kala Pattar, il faut s'assurer que les candidats en aient les capacités physiques : " Tous les jeunes ont dû passer le test à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant