« On espère tous du changement »

le
0
« On espère tous du changement »
« On espère tous du changement »

Nicolas Escudé, 40 ans, fait partie de la dernière équipe française à avoir gagné la Coupe Davis en Australie en 2001. L'ancien capitaine de Fed Cup (2008-2012) et coentraîneur de Jo-Wilfried Tsonga (2013-2015) s'est aujourd'hui tourné vers la préparation mentale.

 

Que vous inspire l'image du tennis français aujourd'hui ?

N.E. Elle est assez paradoxale. Même si les résultats sont relativement bons, elle n'est vraiment pas terrible en interne. Il y a une atmosphère étrange, avec la problématique de l'extension de Roland-Garros, les élections à venir en février 2017, ce qui s'est passé aux JO... En fait, on marche sur des oeufs. Avec les élections, à tous les niveaux on pense à sa gueule et à sauver son c... Pas forcément au tennis. Personne ne tire dans le même sens.

 

Faut-il un nouveau cap ?

Il y a une politique en place, mais on vit une période très floue depuis un an et les conditions du départ de Clément. En fait, c'est même plus vieux que ça. On espère tous du changement. Le nouveau président voudra marquer son arrivée de son empreinte. Mais le système d'élections fait que les choses sont verrouillées avant l'heure entre les deux favoris (NDLR : Jean-Pierre Dartevelle et Bernard Giudicelli, le 3e candidat étant Alexis Gramblat).

 

Avez-vous été choqué par les clashs aux JO ?

Il faut bien séparer les filles de Benoît Paire. Kiki (NDLR : Mladenovic) n'aurait pas dû réagir à chaud. Elle a dû vite le regretter. Dans ces cas-là, je le sais, tu as envie de tuer tout le monde. Benoît, lui, doit savoir qu'il y a des compromis à faire. Mais je ne l'aurais pas dégagé du village la veille de son match. Je lui aurais juste dit qu'il serait sanctionné après les Jeux. Cela aurait évité une escalade dans les réactions. Car on n'a pas découvert le personnage cet été ! C'est un peu comme Gaël (NDLR : Monfils). On le connaît aussi. Jouera, jouera pas, jouera dimanche... Ou on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant