On a visité le train de l'Euro 2016

le
0
On a visité le train de l'Euro 2016
On a visité le train de l'Euro 2016

Le week-end dernier à Toulouse, vendredi à Marseille, la semaine prochaine à Montpellier… Régulièrement ouvert au public, le train de l'Euro UEFA-beIN, avec à son bord l'authentique trophée qui sera brandi le 9 juillet prochain, traverse la France jusqu'au 8 juin. Embarquement VIP à Nantes avec Florian Genton, Claire Arnoux et quelques abonnés.

"MEEEERDE ! Scusez-moi…" Claire Arnoux a pourtant prévenu : le bab', c'est pas son truc. Montée sur ses talons roses, les doigts – au verni assorti aux chaussures – de la présentatrice de Tribune Sports sur beIN Sports viennent maladroitement d'inscrire un CSC. Pas question toutefois de lâcher sa colère sur le baby-foot Debuchy by Toulet qui avoisine les 2500 euros. Surtout que ce n'est pas le moment : la visite VIP du train UEFA Euro 2016, réservée à des abonnés de la chaîne tirés au sort, n'est pas terminée. Depuis un mois, ce train d'exposition se balade dans toute la France pour présenter le trophée aux passionnés et leur proposer quelques activités. En tout, ce sont les gares de 25 villes qui accueillent à des dates données la locomotive football. Au 8 juin, veille du coup d'envoi de la compétition, le train aura ainsi parcouru quelque 9000 kilomètres. Une première, puisque d'habitude, la tournée ne dure que quinze à trente jours et ne dessert que les lieux qui reçoivent les matchs.

Le trophée sous haute surveillance


À chaque destination, l'organisation est la même : une journée d'inauguration (en présence de la mascotte Super Victor) suivie d'une parade du trophée dans toute la ville, puis, le lendemain, une journée (ou deux pour les villes hôtes) ouverte(s) au public avec séance d'autographes des journalistes de beIN (lesquels se relaient en fonction des villes). Entre les deux, une visite "privée" en soirée pour certains abonnés. Et ce mercredi 4 mai à Nantes, c'est Peter Dennis, le coordinateur UEFA et organisateur de la tournée en personne, qui débute la présentation dans son costard. Avec, évidemment, le premier wagon qui expose le trophée.

"Attention, ne touchez pas la coupe !", interdit l'Anglais d'un œil rieur avec son accent prononcé. Aux côtés de l'objet convoité par 24 nations, un imposant vigile silencieux veille à ce que la consigne soit respectée. "Seuls les vainqueurs ont le droit de la toucher, insiste Peter. Moi-même, quand je la mets en place le matin, je dois porter des gants blancs. C'est compliqué parce que c'est presque…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant