On a testé pour vous? le biathlon handisport

le
0
Le biathlon handisport exige endurance, force et précision.
Le biathlon handisport exige endurance, force et précision.

Avec Martin Fourcade, double champion olympique (2014), le biathlon possède plus qu'un simple ambassadeur. Le Français a sa place parmi les meilleurs athlètes de tous les temps de sa discipline. Une aura qui lui permet de contribuer à l'essor et à la démocratisation de l'activité. Une activité également déclinée sous sa forme handisport.

Les nuances entre le biathlon et son adaptation handisport sont bien réelles, que l'athlète souffre d'un handicap physique et/ou sensoriel (déficience auditive et/ou visuelle). Les personnes tétraplégiques ou paraplégiques utilisent un siège adapté et monté sur deux skis. C'est donc la force des bras qui est presque exclusivement sollicitée. L'arme, une carabine à air comprimé, est utilisée à 10 mètres sur une cible mécanique. Pour les déficients sensoriels, le matériel utilisé est le même que pour les valides, à l'exception de la carabine, qui bénéficie d'un système laser.

Contrairement au biathlon classique, les athlètes ne portent pas leur fusil durant l'épreuve. Il leur est transmis uniquement à l'arrivée du pas de tir par un coach. Les boucles effectuées sont longues de 2,5 km, et on dénombre trois types d'épreuves : courte (3 tours et 2 séances de tir), longue (5 tours et 4 tirs) et poursuite. Combinaison de ski de fond et de tir, le biathlon handisport a fait son apparition aux JO de 1992 à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant