On a testé le bus sans chauffeur

le , mis à jour à 06:19
3
On a testé le bus sans chauffeur
On a testé le bus sans chauffeur

Ni volant ni pédale de freins et encore moins de conducteur. Le premier minibus roulant sans intervention humaine a été lancé hier à Lyon (Rhône). Baptisé Navly, ce véhicule électrique de 4 m circulera dans le quartier Confluence (IIe arrondissement de Lyon), en bordure de Saône, à la vitesse de 20 km/h, où il effectuera cinq arrêts sur 1,35 km. Un périmètre qui n'a pas été choisi au hasard. Confluence est la nouvelle vitrine urbaine de Lyon. Un écoquartier ultramoderne, mêlant centre commercial, musée, logements et de nombreuses entreprises.

 

Le véhicule en grande partie vitrée s'arrête. Pourquoi là et pas dix mètres plus loin ? « Parce qu'il a cartographié la zone, il l'a mémorisé, répond un des concepteurs. Il sait où il doit s'arrêter. » Ses portes latérales se referment automatiquement sous le contrôle d'un agent qui vérifie que le nombre de passagers ne dépasse pas les quinze autorisés. Son rôle est également de familiariser les usagers à ce nouveau mode de transport et de s'assurer que tout va bien. Dans un an, quand la phase expérimentale sera concluante, cette présence devrait disparaître. Puis le véhicule se met à rouler, accélère, suit une légère courbe et ralentit lorsqu'un joggeur apparaît dans sa trajectoire. Tout cela sans conducteur. Son déplacement, sur un chemin pavé, s'effectue sans difficulté. Quelques dizaines de mètres et c'est un nouvel arrêt.

 

A l'intérieur, pas de climatisation, trop énergivore pour ce minibus 100 % électrique. Pour partir dans le sens inverse, pas besoin de multiplier les manoeuvres. Le véhicule redémarre, l'arrière devenant l'avant. Une prouesse technologique made in France. La société Navya, qui a conçu le minibus, mais aussi l'entreprise Keolis, spécialiste du transport public et dont la SNCF est l'actionnaire majoritaire, qui exploite la navette, sont toutes deux tricolores.

 

C'est la première fois au monde qu'un service de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quoa il y a 3 mois

    comment fait on pour compter 15 personnes sans monter dedans? l'arret risque d'etre long !!!!

  • d.may il y a 3 mois

    a quand le chauffeur sans bus! et on se plaint que le chomage augmente bravo .

  • jmlhomme il y a 3 mois

    l faut bien commencer par quelque chose...mais 1.5 km à 20 km/h et cinq arret préprogrammés, c'est quand meme bien peu ambitieux quand Singapour met en place des taxis sans conducteur.