On a testé l'atelier " Le Sens du Jeu " avec Laurent Fournier

le
0
On a testé l'atelier " Le Sens du Jeu " avec Laurent Fournier
On a testé l'atelier " Le Sens du Jeu " avec Laurent Fournier

Sport collectif, le football est une école de la vie. Et aussi un moyen d'améliorer l'esprit d'équipe selon " Le Sens du Jeu ", qui propose des ateliers animés par des entraîneurs pro à l'attention des entreprises. On y a participé.

Il est 9h45. Une dizaine de personnes est en train de partager un petit déjeuner à base de café, thé et diverses pâtisseries dans l'un des salons du plus grand complexe de foot à 5 en Europe. L'ambiance feutrée à l'intérieur contraste avec l'aspect désolé de l'extérieur, un ancien entrepôt au bout de la rue Moussorgski, au nord de Paris, entouré par un terrain vague où un couple laisse jouer ses deux chiens. Autour d'une chouquette, les participants et intervenants font connaissance, jusqu'à ce que le maître de cérémonie, Raphaël Moreau Ribstein, ancien footballeur aujourd'hui directeur du "Sens du Jeu", n'invite tout le monde dans une salle de réunion. Sa première phrase est une boutade : " Il est 10h05, si l'on considère le quart d'heure français, on a dix minutes d'avance. " Plus sérieusement, il explique le principe des ateliers " Le Sens du Jeu ", un organisme de formation reconnu, et présente ses intervenants : Laurent Fournier, Alain Ravera et Fabien Tissot pour les entraîneurs de football, ainsi qu'Hervé Dornier, contrôleur financier et coach certifié en temps partagé. Les trois premiers doivent soumettre les volontaires à des exercices footballistiques, quand le quatrième doit offrir un retour plus théorique. Thématique du jour : la communication, plus précisément celle entre les membres d'une même entreprise. " L'idée, c'est de faire de la pédagogie active, de sortir les gens de leur quotidien ", explique le patron. Et pour ce faire, rien de mieux que d'user du sport le plus populaire de la planète.

" On a passé le réveillon à la Badoit "

Isolé comme un Bernard Lama


L'horloge indique 10h30, Laurent Fournier entre en jeu. Il invite ses élèves d'un jour sur le terrain Safet Sušić, attenant à la salle de réunion. " On va faire deux groupes de cinq, on va voir si vous savez mettre en place une stratégie collective. " Première épreuve : quatre cerceaux sont disposés au sol, à quelques mètres, deux plots et des ballons en mousse. En deux minutes, chaque groupe doit faire tomber un maximum de ballons dans l'un des cercles. Une question de dosage, mais aussi d'organisation.…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant