On a suivi les fan allemands toute une journée d'Euro

le
0
On a suivi les fan allemands toute une journée d'Euro
On a suivi les fan allemands toute une journée d'Euro

Mardi, Paris était partagé entre vert et blanc. Les Allemands affrontaient l'Irlande du Nord au Parc des Princes. Une bonne occasion pour célébrer le football entre match amical pépère, échauffement à la bière au pied de la Tour Eiffel et petite balade digestive du côté de France Télé, accompagné par la gendarmerie. On a vécu cette 3e journée de poules avec les supporters allemands. Et les Nord-Irlandais, par la force des choses.

11 h. Dans le RER entre St-Michel et la Tour Eiffel, ils sont six, habillés en vert. Ces Irlandais font un boucan du diable à eux seuls, entre indifférence complaisante et regards hallucinés des passagers du wagon. On est dans le ton de la journée, qui sera rythmée jusqu'au bout par les chants des supporters britanniques.

11 h 30, aux abord du stade Emile Anthoine, dans le XVe arrondissement. Les Allemands sont seuls sur le terrain. Il y a de tout, de l'ancien dont le ventre trahit la passion pour le houblon, au jeune dans la force de l'âge et - relativement - affûté. Ces supporters se tiennent prêts. Dans quelques minutes, ils doivent affronter une autre équipe de fans, celle de l'Irlande du Nord. Au fan club de la Mannschaft, on explique vouloir organiser des rencontres de ce type le plus souvent possible. " On a déjà réussi à le faire à Gibraltar ! Pour l'Euro, c'est plus difficile, il faut trouver le terrain avec la municipalité déjà... Mais on est en contact avec les autres fédérations pour essayer d'avoir des matches amicaux le plus souvent possible. Il y a deux jours, on a affronté l'Autriche ici aussi. Suivant les affiches à venir pour l'Allemagne, et où on jouera, on fera peut-être d'autres rencontres. "

11 h 40, arrivée des Irlandais pour l'échauffement. L'organisation s'aperçoit qu'un arbitre de terrain esseulé, ça va faire juste. Ni une, ni deux, un spectateur de chaque équipe est embarqué dans l'affaire. Ils surveilleront les attaques adverses. On est vraiment là pour le plaisir.


11 h 45, entrée des joueurs en file indienne, hymnes a cappella tant bien que mal. Pendant ce temps, le numéro 14, déjà blessé, est assis au bord de la pelouse avec l'équipe médicale pour s'occuper de lui. Côté tribunes, quelques chants prennent sans entrain. Il est trop tôt, malgré toute la bonne volonté de quelques supporters isolés. Ceux avec le maillot de la Mannschaft sont ici à la suite d'un mail du fan-club, qui les a prévenus il y a quelques jours. Ralf Schumacher est membre depuis 2004. Il ne connaît aucun joueur mais il apprécie d'avoir cette activité pour lancer sa journée. Tandis que David, 26 ans, a fait le chemin depuis Cologne pour voir ses…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant