"On a représenté nos Boys in Green jusqu'au bout"

le
0
"On a représenté nos Boys in Green jusqu'au bout"
"On a représenté nos Boys in Green jusqu'au bout"

La Green Army, c'étaient eux. Eric, Ciarán, Gearóid, Dave et Gary ont parcouru la France pendant deux semaines pour suivre leur équipe d'Irlande. Ultras des Bohemians de Dublin au civil, ils reviennent sur leur trip français, sans oublier de mettre des taquets à John Delaney, Sky Sports ou Toto Schillaci. Mais en chantant, toujours.

Il a ressemblé à quoi, votre Green Army France Tour ?
Gary : Je suis passé par Bruxelles et je suis allé au premier match à Paris avec mon père, où on s'est tous retrouvés. Après, on est allés à Nantes voir un ami, Jordan, de la Brigade Loire. Il est venu au Dalymount Park des Bohemians et depuis on est potes. De là on est allés à Bordeaux, cinq putain d'heures de train, sans bouffe, sans eau, l'enfer ! Ensuite, Lille pendant trois jours, puis on est parti deux jours à Amsterdam avant de rentrer à Dublin. On n'avait plus un rond pour aller à Lyon, il fallait retourner bosser ! On aurait appelé Platini pour qu'il nous arrange un retour si on avait gagné contre vous, mais vous l'avez mérité. Maintenant, on peut retrouver notre Dalymount Park !


Il vous laisse quel goût en bouche, ce match contre les Bleus ?
Gary : J'étais à 30 minutes de réserver un vol retour pour Paris ! Mais quand on voit le niveau de vos joueurs, c'est normal. Vous avez mal joué en première, on était fatigué en seconde, donc c'est logique. Dans l'ensemble, on a vécu un super Euro, un des 4-5 grands moments de notre histoire, on n'a aucun regret. Et dans les tribunes, on a représenté nos Boys in Green jusqu'au bout !

À Paris, à Bordeaux ou à Lille, vous avez le sentiment d'avoir été bien reçus ?
« Avec la police française aussi, on a toujours eu de bons rapports. À Paris, ils nous ont dit que le travail était facile avec nous. Vraiment, ça s'est bien passé partout. »Gary
Gary : La réception que nous avons eue de la part des Français, partout, quelle que soit la ville, c'était génial, incroyable. Bon, à Lille, on a essayé de me voler deux fois mon sac, et encore, c'était des voleurs sympa. Même les voleurs sont gentils ! Ils te demandent : "Est-ce que je peux te voler ? Non ? Ok, cheers ! " (rires) En rentrant du stade Pierre-Mauroy, un taxi nous a pris à 6 dans la voiture, en mettant un de…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant