On a regardé du foot… toute la journée.

le
0
On a regardé du foot… toute la journée.
On a regardé du foot… toute la journée.

Il y a 50 ans, il fallait aller au stade pour voir un match en une journée. Aujourd'hui, grâce (ou à cause) du net, il est tout à fait possible de passer une journée entière à regarder du foot. Vous pensiez qu'enchaîner les trilogies du Hobbit et du Seigneur des anneaux était impossible ? Voici une journée à 9 matchs de suite

Se réveiller avec du football, beaucoup l'ont rêvé, c'est désormais possible avec la Coupe d'Asie qui propose, avec le décalage horaire, deux matchs par jour avant midi. Il est donc tout à fait possible de touiller dans son bol de cacao devant un Ouzbékistan – Chine ou de déguster ses haricots rouges-saucisses en matant Émirats arabes unis – Qatar. Ce vendredi 16 janvier, c'est l'improbable Jordanie – Palestine qui se déroule au Melbourne Rectangular Stadium à 8h sur le méridien de Greenwich. Balayée au premier match par le Japon (4-0), la Palestine joue sa survie dans la première Coupe d'Asie de son histoire, face à une Jordanie exactement dans la même situation suite à sa défaite initiale contre l'Irak (1-0).
Coupe d'Asie au petit déjeuner
Dès le début de la rencontre, les Palestiniens se jettent sur tous les ballons comme des chiens fous, on se demande s'ils vont tenir comme ça tout le match Mais ils se créent la première grosse occasion avec la frappe de Salhi qui heurte la barre après cinq minutes. Quand on ne connaît aucun des joueurs sur le terrain, on essaie de les comparer à des gars qu'on a déjà vus jouer. Par exemple, le gardien palestinien Saleh a des airs de Keylor Navas, mais peut-être pas jusque dans les gants. Avec la Jordanie qui attaque de plus en plus, le joueur de Smouha intervient à la manière d'un kangourou pour écarter le danger. Ce n'est pas très académique, ni très réconfortant pour les défenseurs. Rawashdeh et Al-Ardour en profitent donc et, en deux minutes, ils éclipsent une défense palestinienne d'une grande naïveté. Al-Ardour se permet même de s'éclater le genou contre le poteau sur son but, celui du 2-0. Et bientôt trois quand l'estropié Al-Ardour propulse un autre centre au fond des filets. Entre deux paupières qui tentent de se refermer, les Palestiniens sont par moment totalement hors du coup : sur un corner concédé, tous les Jordaniens sans exception se retrouvent libres de tout marquage, incroyable. La seconde période se résume en neuf minutes : le temps pour Nu'man (Palestine), à l'annonce de son remplacement, de filer directement dans le vestiaire en râlant. Le temps pour la fusée Al-Ardour de planter deux nouvelles roses. Le temps pour l'arbitre d'avoir pitié des Palestiniens en donnant un carton jaune au gardien Saleh qui s'était pourtant largement emparé du ballon hors du terrain. Et enfin, le temps pour les Palestiniens de sauver l'honneur via Hbaisha. Et c'est...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant