On a parlé du foot amateur avec le photographe anglais Chris Baker

le
0
On a parlé du foot amateur avec le photographe anglais Chris Baker
On a parlé du foot amateur avec le photographe anglais Chris Baker

Début septembre, le photographe anglais Chris Baker publiait aux éditions Hoxton Mini Press Sunday Football, un hommage au football amateur, à ses terrains détrempés, à ses joueurs débarquant sur la pelouse avec une gueule de bois, à cette atmosphère de bière chaude et de maillots mal lavés, bien éloignée de celles de la Premier League et de ses clubs bling-bling. L'occasion d'aller lui poser quelques questions.

Bonjour Chris. Comment est née l'idée du bouquin ?
C'est vraiment bizarre parce que je n'avais pas forcément l'idée de faire un livre à la base. Tout s'est fait étape par étape. Pour tout dire, j'aurais également adoré photographier des footballeurs professionnels, mais ça paraissait compliqué. Non pas parce qu'ils sont obnubilés par l'argent, mais simplement parce qu'on ne peut pas se reconnaître en eux. Ce sont les gladiateurs de notre époque, des icônes inaccessibles. Leur image paraît déconnectée du monde réel, alors que tout passionné de foot a connu le quotidien des matchs en amateur.

C'est parce que tu te reconnais dans le parcours de tous ces footballeurs du dimanche que tu t'es lancé dans ce projet ?
Oui et non. Disons qu'en tant que photographe, je suis toujours à la recherche de nouveaux projets qui pourraient m'emmener à la rencontre de nouvelles personnes.
"Pouvoir photographier ces joueurs qui arrivent en retard avec la gueule de bois, qui fument une clope après la rencontre ou qui n'hésitent pas à râler sur tout le monde, c'était hyper enrichissant."
C'est cette dimension humaine qui m'intéressait et qui m'a peu à peu éloigné de mon idée initiale : reproduire les stickers Panini avec des footballeurs du dimanche. En gros, simplement les photographier et en faire le portrait, sur le modèle de ces fameuses cartes. Ça aurait pu être un bon projet, mais d'autres éléments m'attiraient, comme de savoir ce qui se passait pendant les matchs, après la rencontre, dans les vestiaires ou autres. Et ça m'a éclaté : pouvoir photographier ces joueurs qui arrivent en retard avec la gueule de bois, qui parlent de leur dernière soirée alcoolisée avant le match, qui fument une clope après la rencontre ou qui n'hésitent pas à râler sur tout le monde, c'était hyper enrichissant (rires).


Comment as-tu procédé pour accumuler autant de photographies ?
J'ai bossé sur ce projet pendant deux ans…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant