On a maté la qualif' de la RDC à Matonge

le
0

Il y a des matchs plus fous que d'autres, mais il y a surtout des ambiances plus sympas que partout ailleurs. Samedi soir, dans le quartier congolais de Bruxelles, il y avait un contexte et un cadre. Une qualification dingue de la RDC pour les demi-finales de la CAN et un salon de coiffure plein à craquer. Et nous, ben on y était.

Il est 16h50 à Matonge, en République Démocratique du Congo. Il est là même heure dans le quartier congolais de Bruxelles qui porte le nom de ce quartier populaire de Kinshasa, haut lieu de la vie nocturne dans la capitale de la RDC. On est donc exactement six heures avant que cette CAN 2015 ne rentre dans l'histoire pour son arbitrage partisan. À cette heure-là, le salon de coiffure feutré de Madeka fait déjà le plein des supporters congolais. Le boss s'occupe de voir s'il n'est pas possible d'avoir autre chose que des commentaires en allemand pour suivre ce choc entre les deux Congo que l'on différencie souvent par les noms de leur capitale. Le Congo Brazzaville contre le Congo Kinshasa donc. Madeka fait ce qu'il peut, mais son installation satellite ne lui permet pas de trouver Eurosport en français. Ce n'est pas grave, on fera avec. À vrai dire, la plupart n'en ont pas grand-chose à faire. Les supporters, les vrais, sont déjà contents d'être arrivés à temps. Alfred, un des derniers qui a réussi à se faufiler à une bonne place, s'explique : "Aujourd'hui, on a deux combats à mener. Le premier, c'était tout à l'heure lors de la manifestation organisée contre le changement de la constitution voulu par notre président ( Jospeh Kabila, ndlr). Les drapeaux que tu vois, ont les avaient surtout sorti pour la manifestation. " Le deuxième combat est sportif, mais pas pour autant anecdotique : "Kinshasa et Brazzaville, ce sont les deux capitales les plus proches du monde " poursuit Alfred qui voit naturellement dans ce derby bien plus qu'un match de foot traditionnel. Les Congolais de Bruxelles présents dans le l'atelier de Madeka ne ressemblent d'ailleurs par franchement à des mordus de foot. Les joueurs viennent de monter sur la pelouse et il y a beau avoir une cinquantaine de personnes réunies devant le mini poste de télévision accroché au mur façon chambre d'hôpital, l'activité principale du salon de coiffure redouble d'intensité. Les tondeuses s'agitent, le salon se remplit encore un peu plus, et le coup d'envoi est finalement donné. Entre deux coups de ciseaux et un coup de balai.
Un match de frère
Le match commence et les premières critiques sur le jeu développé par la RDC dans cette CAN pleuvent déjà. Mathis, n'est pas le genre de supporter à pouvoir décrire le fond de jeu de l'équipe, mais semble quand même avoir été averti de l'essentiel : " Il parait qu'il y en...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant