On a fait la fête avec les Auxerrois

le
0

Même les perdants ont le droit à la fête. Quelques heures après leur défaite contre le PSG en finale de Coupe de France, les Auxerrois ont été exhiber leurs tatouages dans une boîte du dix-septième arrondissement de la capitale. Compte-rendu des festivités.

"Jean-Louis Gasset m'a dit avant le match que certains remplaçants s'attendaient à jouer. Mais au final, Paris a aligné sa meilleure équipe, ça veut dire qu'ils nous ont respectés et c'est plutôt bien. Sur le match, je n'ai qu'un seul regret, nos coups de pied arrêtés qui ont été catastrophiques." Il est un peu plus de deux heures du matin, et Jean-Luc Vannuchi, l'entraîneur de l'AJA, livre sa dernière analyse post-finale de Coupe de France avant de laisser place à la fête. C'est au Bonnie and Clyde, à Pigalle, que les Bourguignons sont venus – avec le bus du club - se déhancher et fêter le début des vacances. "C'est le coach qui a choisi l'endroit, explique un joueur. Nous, on serait bien allés sur les Champs, mais, bon, ici ils ont accepté que la fille du coach fasse la DJ." Prototype du "club familial" dans les années 80 et 90, l'AJA n'a apparemment pas tourné le dos à ses valeurs d'antan. On vit ensemble, on meurt ensemble, et on fait la bringue ensemble : joueurs, dirigeants, entraîneur des gardiens et chauffeur du car se trémoussent ensemble sur le dancefloor. Personne ne fait bande à part. "Il y a même le patron du Mercure où on fait nos mises au vert", rigole Pierre Bouby, milieu relayeur resté sur le banc lors de la finale, avant de claquer un selfie avec Olivier Tallaron pour le poster sur les réseaux sociaux. Dans le convoi ajaïste figure également Jérôme Alonzo, pourtant ancien Parisien. Explication : l'ancien gardien aux arrêts de volleyeur est un ami intime de coach Vannuchi. Les deux hommes multiplieront d'ailleurs les étreintes à mesure que la nuit avancera et que les verres se videront.

"Une soirée sans Les Lacs du Connemara, c'est pas une vraie soirée"


Au sous-sol, donc, c'est bien Mlle Vannuchi qui envoie une selecta mainstream pas forcément d'actu. Call Me Maybe, I Gotta Feeling ou encore Like a Prayer s'enchaînent sans trop de logique, mais la piste ne désemplit pas. "J'espère qu'elle va nous passer un Sardou. Une soirée sans Les Lacs du Connemara, c'est pas une vraie soirée", ironise Nicolas Tourriol, l'animateur de Match of Ze Day sur Canal. L'avantage d'une telle playlist, c'est que les joueurs ne sont pas dépaysés de leurs traditionnelles sorties au NYX Club d'Auxerre. Alors que du haut de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant