On a écumé le bar dédié à Rudi Völler

le
0
On a écumé le bar dédié à Rudi Völler
On a écumé le bar dédié à Rudi Völler

À Berlin, dans le quartier de Prenzlauer Berg, se dresse un bar qui porte le doux nom de "Tante Käthe", le surnom de Rudi Völler. Un endroit qui respire le football, entre bouquins, photos, baby foot et écrans géants, sans oublier les diverses références disséminées un peu partout à celui qui a fait les beaux jours du Werder Brême, de l'AS Rome ou encore de l'Olympique de Marseille.

À quelques mètres seulement de ce qui fut pendant plus de 40 ans la ligne de démarcation entre Berlin-Est et Berlin-Ouest, et juste devant l'entrée du fameux Mauerpark, se trouve Tante Käthe. Dans le district de Prenzlauer Berg où le bar se dresse - et même dans une bonne partie de l'Allemagne qui aime le foot -, tout le monde connaît cet endroit. Et pour cause, le lieu est l'un des rares dans le pays à être dédié complètement au football. Un peu à l'image du " Stadion an der Grünwalder Straße " de Munich, l'endroit n'est ouvert que quand il y a match. Mais si le lieu a atteint assez rapidement une certaine renommée - à tel point qu'il se retrouve maintenant dans les pages de la plupart des guides touristiques de la ville -, ce n'est pas simplement parce qu'il respire le football. Non, si l'endroit attire l'habitué comme le mec de passage, c'est parce que comme son nom et son logo (présent jusqu'au jeton pour la consigne) l'indiquent, il possède une petite particularité, celle de vouer un culte à un seul homme ou presque : Rudi Völler.



Pourtant, l'ancien attaquant de l'OM n'est pas originaire du coin, et n'a jamais joué à Berlin. " On a nommé le bar ainsi parce que Völler, c'est l'un des attaquants les plus importants de l'histoire du football allemand, nous étions fans de lui quand nous étions jeunes ", explique Lothar, 44 ans, co-propriétaire des lieux avec deux amis et qui officie souvent derrière le comptoir. " On aime bien son caractère, le fait qu'il démarre parfois au quart de tour et s'énerve pour un rien. Il est dans l'émotion. Et puis, l'image où il se fait cracher dessus par Frank Rijkaard lors de la Coupe du monde 1990 nous a marqués. " Au début des années 2000, quand les trois acolytes ont commencé à organiser des sessions de public viewing dans le Mauerpark, Rudi Völler était alors le sélectionneur de la Nationalmannschaft. Du coup, lorsqu'ils ont décidé d'ouvrir un bar, il ne pouvait donc pas s'appeler autrement que " Tante Käthe ", le surnom de Rudi. Un sobriquet qui, selon la légende, lui aurait été attribué par un coéquipier dans les vestiaires après une rencontre internationale. Le fameux coéquipier (probablement Thomas Berthold,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant