« On a cherché à humilier la Russie »

le
0

La décision du CIO dimanche de ne pas exclure la délégation russe des Jeux olympiques de Rio a été accueillie avec un immense soulagement. Ces derniers jours, les médias du pays cultivaient le pessimisme. « Je m'attendais au pire. Mais ils n'ont pas eu l'impertinence de nous faire cet affront », claironne Olga, une dame d'un certain âge sirotant un jus de fruit au bar d'un club de sport moscovite. « Ils », pour Olga, ce sont les Occidentaux et les Etats-Unis, qui cherchent à « humilier la Russie par tous les moyens ». Pour elle, il ne s'agit pas de dopage, mais de « concurrence déloyale ». Olga ignore que la décision finale d'accepter ou non les sportifs de son pays reviendra in fine à chaque fédération internationale. Une subtilité qui n'a pas échappé au barman du club.

 

« Ils ont eu peur de se mettre un scandale international sur le dos. Ils ont peur de la Russie. Ce sont les fédérations qui vont exclure nos champions un par un, pour que cela fasse moins de bruit. » Et il ne croit pas si bien dire. Le nageur star Vladimir Morosov (24 ans, médaillé de bronze à Londres) a été exclu hier avec six de ses collègues (seule la nageuse Ioulia Esimova a fait appel de cette sanction devant le TAS).

 

La plupart des Russes voient cependant la décision du CIO comme un signe positif. « Le bon sens a prévalu », croit savoir Timour, un quadragénaire ventru, couvert de sueur après son entraînement. « Le CIO aurait perdu la face s'il avait disqualifié notre pays. Peut-on imaginer des JO sans la Russie ? L'un des pays les plus puissants du monde ? Cela aurait retiré tout intérêt à la compétition. Ils auraient perdu des sponsors, de l'audience, bref, de l'argent. » Son compère Vadim voit les choses différemment : « C'était un moyen [pour le CIO] d'extorquer un énorme pot-de-vin à la Russie. Je suis certain que nous avons fait porter quelques valises bien garnies aux décideurs. Toute cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant