OM-PSG : Les notes des Parisiens

le
0

Outre un Zlatan Ibrahimovic décisif pour sa der, le PSG a été porté par Adrien Rabiot et Blaise Matuidi, qui ont régné sur l’entrejeu samedi en finale de la Coupe de France contre l’OM (2-4). Et comme la paire Marquinhos-Thiago Silva a fait un quasi sans faute, Paris était intouchable.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE DE FRANCE Salvatore Sirigu : 5 Salvatore Sirigu a vécu un match frustrant pour sa très probable dernière sortie avec le PSG. Peu sollicité, le gardien italien s’est baissé pour ramasser le ballon dans ses filets suite à une frappe de Florian Thauvin déviée par Thiago Silva (12eme). Il a sorti une parade réflexe de toute beauté face à Michy Batshuayi en fin de match (86eme) pour donner du relief à sa prestation, avant de lui concéder un but dans la foulée (87eme). Au pied ou dans les airs, il a diffusé de la sérénité, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant. Serge Aurier : 4 Il y aura clairement eu un avant et un après Periscope pour Serge Aurier cette saison. Comme depuis son retour dans le groupe professionnel début avril, l’international ivoirien a semblé tâtonner à chaque geste. S’il a parfois fait étalage de sa puissance, il est intervenu souvent à contre-temps et n’a jamais desserré pleinement le frein à main en phase offensive. La fin de saison arrive à point nommé pour lui. Marquinhos : 7 Sa titularisation, après celle en finale de la Coupe de la Ligue, assoit le nouveau statut de Marquinhos au PSG : celui de partenaire attitré de Thiago Silva en défense centrale. Le benjamin du duo a prouvé pourquoi son staff avait choisi une telle option. Complément parfait de son capitaine, il a éteint des situations chaudes par son sens de la couverture. Rarement pris à défaut dans les duels, il a brillé par la qualité de sa relance, comme sur cette ouverture de cinquante mètres près une récupération dans sa surface. Du travail très bien fait. Thiago Silva : 7 Impossible de dissocier le boulot abattu par les deux compatriotes dans cette soirée. Parce c’est leur association qui a fait des merveilles pour priver de munitions Steven Fletcher et Michy Batshuayi. Retardataire sur l’égalisation marseillaise, Thiago Silva a haussé le ton par la suite. Il a gratté ballon sur ballon, remporté duel sur duel et écœuré ses adversaires directs. Que Paris se le dise, il a déjà avancé sur son chantier pour la saison prochaine : il a trouvé sa charnière. Maxwell : 4 C’est une rareté dans son aventure parisienne, mais il arrive à Maxwell de passer à côté d’un grand rendez-vous. Sans être catastrophique, l’ancien Barcelonais n’a pas évolué qui est habituellement le sien quand l’affiche l’exige. Il a souffert face aux déplacements de Florian Thauvin, comme sur le but de l’OM, et n’a pas toujours effectué les bons choix balle au pied. Il a fait ses 34 ans, ce que sa saison n’avait pas vraiment laissé penser. Même s’il en faudrait plus pour remettre en cause les discussions entamées pour une prolongation de contrat. Adrien Rabiot : 7 Le milieu le plus régulier de la saison au PSG, ça ne peut être que lui. Adrien Rabiot a confirmé l’étendue des progrès réalisés ces derniers mois, à force de bénéficier du temps de jeu qu’il réclamait. Son volume de jeu et son coffre sont déjà dignes des standards européens à son poste. Sa percussion et sa qualité technique, innées chez lui, font le reste du travail, à l’image de cette percée initiant le penalty transformé par Zlatan Ibrahimovic (48eme). Le réserviste chez les Bleus pour l’Euro 2016 a une belle tête de titulaire pour les années à venir. Benjamin Stambouli : 5 Les forfaits de Thiago Motta et de Javier Pastore ont propulsé Benjamin Stambouli dans le onze de départ. Mine de rien, c’était sa cinquième titularisation sur les six matchs de Coupe de France du PSG cette saison. Remonté par Serge Aurier lors du protocole d’avant-match, l’ancien Montpelliérain est entré timidement dans la partie. Son manque d’assurance a transpiré et l’a encouragé à multiplier les passes latérales. Le recadrage de Laurent Blanc à la demi-heure lui a fait du bien et lui a permis de monter en puissance. Remplacé par DAVID LUIZ (76eme), qui a beaucoup couru dans le vide. Blaise Matuidi : 8 Sa première course vers l’avant a donné le ton de son match, même si elle s’est conclue par un tir trop mou (2eme). Inusable d’un bout à l’autre de la rencontre, à l’instar de son sprint en fin de temps additionnel (90eme+3). Blaise Matuidi a ouvert le score (3eme), provoqué le penalty sur le deuxième but (47eme) et mis Zlatan Ibrahimovic sur orbite pour tuer le suspense (82eme). A côté de ça, il a fait du Matuidi, avec sa technique parfois approximative, mais son envie débordante. A trois semaines du match d’ouverture de l’Euro, l’ex-Stéphanois a pris ses marques au Stade de France. Pour la confiance, il ne pouvait rêver mieux. Angel Di Maria : 6 Il n’a pas fallu longtemps à Angel Di Maria pour lancer le match sous les meilleures auspices. Sa merveille de centre de l’extérieur du gauche pour Blaise Matuidi (3eme) lui a permis de porter son total de la saison à vingt-cinq passes décisives toutes compétitions confondues. Il a ensuite fonctionné sur courant alternatif, mais systématiquement avec l’esprit tourné vers l’avant et l’envie de prendre des risques. Zlatan Ibrahimovic : 7 Voir par ailleurs Edinson Cavani : 6 Edinson Cavani vivait certainement son dernier exil sur un côté avant un moment à Paris, à moins que ses dirigeants lui fassent la mauvaise surprise de recruter un avant-centre cet été. Comme à son habitude, il s’est appliqué à bien défendre et à multiplier les allers-retours pour colmater les brèches. Peu en vue en phase offensive, il a converti en but son unique occasion de la partie avec sang-froid (57eme). De quoi rassurer un minimum les sceptiques sur sa capacité à occuper à plein temps la pointe du PSG la saison prochaine.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant