OM : McCourt a visité le chantier

le , mis à jour à 09:15
0
OM : McCourt a visité le chantier
OM : McCourt a visité le chantier

MARSEILLE 0

LYON 0

 

Le mur de photographes, installé de longues minutes sous la tribune présidentielle, ne trompait personne. Hier soir, il y avait à Marseille un choc entre l'OM et l'OL. Mais l'autre attraction se trouvait en coulisses. Elle portait un nom américain, et de petites lunettes. Entouré de sa femme, de Margarita Louis-Dreyfus, du futur président Jacques-Henri Eyraud et de Didier Poulmaire, Franck McCourt, repreneur annoncé de l'OM, a fait sa toute première apparition au Vélodrome depuis l'ouverture de « négociations exclusives » avec MLD.

 

Depuis son perchoir, le Bostonien n'a pas eu droit à une victoire olympienne (0-0), ni même à un match convenable. Pour le dire clairement, McCourt s'est vu offrir comme cadeau d'arrivée une sympathique purge. Pas de quoi aller danser avec les troupes dans le vestiaire. Le futur repreneur a quitté le stade un quart d'heure après le coup de sifflet final, sans effusion de joie. « On aura l'occasion de le croiser plus tard, explique Franck Passi. Quand on est ici, on s'occupe d'abord du match, et c'est déjà beaucoup. » Passi avait d'autres soucis en tête. Séduisant lors ses deux dernières sorties, l'OM a hier bafouillé son football. Mais la performance marseillaise aura au moins eu le mérite de rappeler à l'homme d'affaires que la tâche qui l'attend est immense. Ce n'est pas avec des Sakai et des Sarr que l'on rivalise avec un club comme le PSG. McCourt le sait, un OM de nouveau fort passera par d'inévitables investissements.

 

Tifos et drapeaux de retour en tribunes

 

S'il n'a pas vu un grand spectacle, il a pu profiter de la soirée pour se familiariser avec la chaleur du Vélodrome. L'arène phocéenne, peuplée d'à peine plus de 30 000 personnes, n'avait pas mis son costume des grands soirs. Mais pour le baptême de son futur boss, le public marseillais avait rangé les banderoles, ressorti les tifos et les drapeaux. En sifflant la sortie des siens, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant