OM : le tabou Marcelo Bielsa

le
0
OM : le tabou Marcelo Bielsa
OM : le tabou Marcelo Bielsa

Nouvelle polémique à Marseille, bien plus importante que l'affaire Benzema : une banderole à l'effigie de l'ancien entraîneur de l'OM a été retirée dans le virage sud en plein OM-Nice. Et pourquoi ça ?

Dimanche, il y avait près de 50 000 spectateurs au Vélodrome pour OM-Nice. Peut-être un record pour une équipe qui est à sa place au 13e rang de la Ligue 1. Mais si la foule se déplace en nombre dans l'enceinte marseillaise, c'est peut-être parce qu'il n'y a jamais que le (faible) spectacle proposé par la bande à Michel. Plus que les animations avant la rencontre des sponsors, le club a toujours le chic pour se distinguer d'une manière ou d'une autre. Cette fois-ci, c'est donc avec un tifo à l'effigie de Marcelo Bielsa retiré pendant la rencontre. En marge de la défaite, l'affaire a pris de l'ampleur et pas seulement sur les réseaux sociaux. Nombreux sont les supporters écœurés par cette manière de procéder. Présenté comme ça, c'est un peu comme si Christophe Bouchet s'était en son temps amusé à faire cracher la sono pour couvrir les chants à l'effigie de Drogba après son départ. Mais que s'est-il passé ?

"Les stadiers nous ont expliqué qu'il s'agissait d'une consigne d'en haut"


Dimanche donc, la petite centaine de membres de la Vieille Garde, sous-division des ultras pour faire simple, a pris place dans son coin du virage sud. En seconde période, alors que le score était de 0-1 pour Nice, ça s'active autour des supporters. "On a vu que les stadiers commençaient à s'agiter, à se parler dans les talkies, et ils sont venus nous voir pour nous dire qu'il fallait enlever la banderole. Ils nous ont expliqué qu'ils étaient désolés, mais qu'il s'agissait d'une consigne d'en haut, donc on n'a pas insisté et on l'a enlevée", explique l'un d'eux. Certains, dégoûtés par la tournure des événements, racontent la scène par texto à des amis. L'histoire fait le tour de Marseille avant le coup de sifflet final et un journaliste de RMC demande le pourquoi du comment aux dirigeants après la rencontre. Un membre de la garde rapprochée de Labrune lui assure que les stadiers ont agi sur leur propre initiative. Ce mercredi matin, dans La Provence, c'est le président himself qui réagit, alors qu'il avait lui un bel alibi, il était suspendu pour cette rencontre après ses chamailleries avec Aulas : "On demande juste que les banderoles soient contrôlées en amont pour qu'il n'y ait aucune inscription à caractère discriminatoire, raciste…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant