OM, la ferveur retrouvée

le
0
OM, la ferveur retrouvée
OM, la ferveur retrouvée

C'est bien connu, tout va très vite à Marseille. En l'espace de quelques jours, la ferveur a supplanté la résignation grâce à des effets d'annonce vecteurs d'espoir et une nouvelle ère impeccablement débutée par le nouvel état-major.

La flamme est enfin ravivée chez les supporters phocéens. Le brasier du parcage marseillais à l'entrée des joueurs sur la pelouse du stade Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand fait figure d'allégorie parfaite. Après un match nul du côté de la capitale qui ne restera que dans les annales des statisticiens et une qualification en Coupe de la Ligue, Rudi Garcia effectuait ses grands débuts au Stade Vélodrome face à Bordeaux. Quiconque doutait de la ferveur retrouvée n'avait qu'à se rendre boulevard Michelet ce dimanche-là pour s'en convaincre. Du monde, des chants, des torches craquées dans la rue, et ce bien avant le coup d'envoi. À en croire le drapeau américain flottant aux côtés de celui du logo de l'OM devant la brasserie du stade, les casseroles de Frank McCourt sont restées soigneusement rangées de l'autre côté de l'Atlantique. Les forces de l'ordre doivent même intervenir pour freiner quelques ardeurs quand des plaisantins à l'humour incertain mettent le feu à une poubelle. "Nous n'avons pas vu une telle ferveur depuis le OM-PSG de l'époque Bielsa", s'accordent à dire plusieurs fidèles.

La chasse est ouverte


Les 0-0 suivent McCourt à la trace, mais l'ambiance en tribunes n'a plus rien à voir avec celle de la rencontre face à Lyon. En Virage Sud, il faut désormais réfléchir à deux fois avant de s'aventurer dans les escaliers au milieu de la foule pour aller se soulager la vessie ou dire bonjour à un pote à l'autre bout de la tribune. Les chants sont repris avec entrain et ne résonnent plus comme un radio réveil dont les piles rendent leur dernier souffle. Chez les Ultras, la Vieille Garde demande par une banderole le retour de l'ancien blason du club, histoire de chasser le mauvais œil autant que le mauvais goût. Preuve que les supporters donnent réellement sa chance au produit, le Virage Nord révèle un "Yes We Can" évocateur au moment où le Jump de Van Halen retentit. Toujours en Nord, les Fanatics, à l'aide de prospectus placardés dans leur zone, font part de leur ras-le-bol du carnaval footballistique et de la footixerie en décidant de faire la chasse aux gogos arborant les couleurs du Bayern, du Real ou de Chelsea, voire des trois en même temps. De quoi faire frémir les intrépides se baladant sur le Vieux-Port en survêtement du PSG, chose encore impensable quelques années…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant