OM : Jean-Pierre Bernès, l'agent trouble du football français

le
0
OM : Jean-Pierre Bernès, l'agent trouble du football français
OM : Jean-Pierre Bernès, l'agent trouble du football français

Plus que jamais Jean-Pierre Bernès fait figure d'éminence grise du football français à la lecture des écoutes téléphoniques réalisées entre 2011 et 2012 dans le cadre de l'affaire des transferts suspects de l'OM. Affaire dans laquelle il n'est pas mis en examen. L'ex-dirigeant des années Tapie (1986-93) bénéficie d'un réseau tentaculaire mélangeant joueurs, entraîneurs, dirigeants, hommes politiques et même policiers qui lui permettent d'avoir souvent un coup d'avance dans un milieu où tous les coups sont permis.  «Je ne me prends pas pour un autre, mais je suis l’agent le plus important de France» se définit-il lui-même au fil d'écoutes judiciaires révélées samedi dans  l'Equipe.

Ces bandes montrent un personnage truculent, bavard, incontournable dans le milieu mais font référence à des événements qui remontent désormais à plus de quatre ans, autrement dit une éternité dans le football.  

Le Tonton flingueur

Ces écoutes dressent un portrait en creux, d'un agent qui dézingue à tout va. Ses victimes favorites sont bien évidemment ses concurrents directs. Les dialogues avec ses interlocuteurs ressemblent parfois à ceux d'Audiard dans les Tontons Flingueurs... Christophe Hutteau, Jean-Christophe Cano, Jean-Luc Barresi et Karim Aklil  ou Rolland Courbis et son fils Stéphane, des agents proches de l'OM sont ses cibles favorites. 

A propos de l'actuel entraîneur de Rennes, Bernès lâche : «Son père, c’est les deux mêmes, quoi… Les chiens font pas des chats. C’est un drôle de personnage, ça, très drôle de personnage.» Il poursuit : «Parce que le père a éduqué le fils comme ça, malheureusement, il y est pour rien, le fils, il a vécu tout le temps dans cette atmosphère de voyous… Son père, il fréquente beaucoup les voyous de Marseille ! », déclare ainsi l'agent de Franck Ribéry à propos du clan Courbis. 

«L'agent des Bleus»

Agent de Laurent Blanc et de Didier Deschamps, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant