OM : coucou, revoilà Lassana Diarra

le , mis à jour à 09:26
0
OM : coucou, revoilà Lassana Diarra
OM : coucou, revoilà Lassana Diarra

Sa titularisation face à Metz, après la trêve internationale, n'est pas assurée, mais pour la première fois depuis le 26 août, Lassana Diarra a retrouvé le groupe. Le milieu de terrain international a disputé mercredi, derrière les murs du centre d'entraînement, soixante-huit minutes de la rencontre amicale face au Cameroun (1-1). Qui plus est avec le brassard de capitaine. Un an après ses débuts à Marseille, et au sortir d'un été agité, Lassana Diarra doit aujourd'hui tout reconstruire. Idole éphémère du Vélodrome l'automne dernier, Lass avait vu sa cote de popularité dégringoler, au fil des absences et des rumeurs l'envoyant ailleurs, notamment au PSG.

 

Sa sortie médiatique juste après la finale de la Coupe de France — « Je suis libre » — avait marqué la rupture. Diarra se voyait disputer l'Euro, puis plier bagage. Il ne s'est produit ni l'un ni l'autre, mais Marseille n'a pas oublié. « Qu'il ait eu des problèmes avec Labrune, c'était son souci, mais il a manqué de respect à l'OM, glissait un responsable de groupe cet été. Ça sera moins drôle pour lui désormais. »

 

Le récupérateur n'a jamais versé dans les discours enflammés. Mais il pourrait se faire pardonner balle au pied. Car s'il est susceptible, le public marseillais n'en demeure pas moins réaliste, et sait que son équipe, 14e, est bien meilleure avec l'ancien du Real. « On doit encore progresser dans la gestion des temps forts et des temps faibles, et il est le joueur idéal pour être l'ordinateur de cette équipe », assurait récemment Gomis.

 

Pointé du doigt à l'extérieur, le milieu garde quand même du crédit au sein du vestiaire. « Il y a un décalage entre ce que le public pense de lui et comment les joueurs le voient, confie l'agent d'un de ses équipiers. De ce que j'en sais, personne n'a osé lui reprocher de vouloir partir. Il reste respecté, écouté, son statut est toujours le même. » En août, ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant