OM/Bouchet : « La mafia, c'est un fantasme »

le
0

Christophe Bouchet, président et actionnaire du club marseillais entre 2002 et 2004, a réagi sur RMC aux révélations du Canard enchaîné, qui évoque dans son article de mercredi un préjudice de 64 M€ pour l’OM dans le cadre des transferts présumés douteux.

Christophe Bouchet réagit aux révélations du Canard enchaîné. Informé de l’article à paraître ce mercredi dans lequel le journal parle d’un préjudice de 64 M€ sur trois ans pour l’Olympique de Marseille entre 2009 et 2012 dans le cadre de l’enquête sur les transferts présumés douteux à l’OM, l’ancien président et actionnaire du club marseillais s’est montré très ferme sur RMC. « Je vois mal Pape Diouf ou Jean-Claude Dassier se mêler à des combines à deux euros. J’ai du mal à croire que les dirigeants du club puissent être pris dans ce type d’organisation. La seule faiblesse de l’OM dans cette période-là et qui continue, c’est cet espèce de turnover infernal des joueurs. Plus vous faites des mouvements, plus vous donnez la possibilité à d’autres de faire des affaires que vous ne contrôlez pas », assure Bouchet, également catégorique en ce qui concerne l’implication du milieu marseillais dans ces présumés détournements d’argent. « Ce que l’argent devient, c’est difficile à voir pour le club » « Alors ça, c’est un vrai fantasme ! La mafia n’a pas la mainmise sur le club. Qu’il y ait des membres du milieu qui fassent pression sur les intermédiaires, les agents, pourquoi pas. Mais pas moins à Marseille qu’ailleurs. » Au micro de nos confrères, l’homme fort de l’OM entre 2002 et 2004 a également tenu à apporter des précisions, qu’il estime extrêmement précieuses. « Il faut faire très attention de quoi on parle. De l’argent que le club peut ou ne peut pas voir. Les sommes versées par le club aux joueurs, aux agents, elles échappent aux clubs. Ce que l’argent devient derrière, il est difficile à voir pour le club, sauf si le club est d’accord. Il y a beaucoup d’argent qui se fait immédiatement sur un seul transfert. Évidemment, vous avez des gens qui gravitent autour, il y a des agents. Ce sont eux qui perçoivent le plus immédiatement. » Rien que sur le seul transfert d’André-Pierre Gignac de Toulouse à Marseille en 2010, le préjudice approcherait les 27 M€.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant