OM-Bordeaux : Garcia veut marquer son territoire

le , mis à jour à 11:51
0
OM-Bordeaux : Garcia veut marquer son territoire
OM-Bordeaux : Garcia veut marquer son territoire

Avant la réception de Bordeaux, l'OM a au moins réussi sa première mission : faire revenir, le temps d'une soirée, le public marseillais au Stade-Vélodrome. Certes, l'enceinte du boulevard Michelet ne sera pas tout à fait pleine mais, avec plus 50 000 spectateurs attendus, elle va faire du bruit. Reste à la contenter, à gagner, donc. Si Hiroki Sakai, vendredi, a rappelé que cette saison « l'OM n'a jamais perdu » chez lui, il n'a pas précisé que ces succès, face à Lorient (2-0), Nantes (2-1) ou Metz (1-0), ont tous été laborieux. Pour reconquérir son arène, l'OM a maintenant besoin de passer la vitesse supérieure.

Après une saison cauchemardesque à domicile, le Vél est un fauve en cage qui ne demande qu'à rugir, mais qui doit d'abord trouver la clé pour se libérer. Rudi Garcia pourrait l'être. « Une des étapes qui nous montrera si on est sur le bon chemin, c'est le jour où l'on remplira totalement le Vélodrome, souligne-t-il avant sa première sur ses terres. Ça motive, ça donne envie de travailler encore plus, de tout donner pour que les supporteurs soient fiers de nous. » Le nouveau coach le sait : pour réussir à Marseille, il lui faudra faire du stade son jardin, marquer, dès ce soir, son territoire.

C'est ce qu'il fait déjà en coulisses. Après avoir inspecté chaque recoin de la Commanderie à son arrivée, il a promis quelques aménagements. « Il y a beaucoup de choses à changer. Et je les changerai », a-t-il annoncé mardi, évoquant notamment une transformation du bâtiment des pros. Son quotidien depuis le 20 octobre alternant entre veille de match, jour de match et lendemain de match, l'architecte marseillais ne s'est pas encore penché avec précision sur les plans du centre Robert-Louis-Dreyfus. Il a plutôt commencé à réorganiser son équipe.

Car le groupe marseillais, évidemment, n'échappera pas à la petite révolution, à la patte Garcia. Venu avec ses deux adjoints, l'ancien Romain n'a pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant