Olympus: forte rentabilité en 2013-2014, triplement du profit net attendu en 2014-2015

le
0
Olympus: forte rentabilité en 2013-2014, triplement du profit net attendu en 2014-2015
Olympus: forte rentabilité en 2013-2014, triplement du profit net attendu en 2014-2015

Le fabricant japonais d'appareils photos et d'endoscopes Olympus a annoncé vendredi des résultats financiers de bon augure, avec une forte rentabilité recouvrée qui lui permet d'espérer un triplement de son bénéfice net en 2014-2015 après un quasi-doublement en 2013-2014.Durant l'exercice d'avril 2013 à mars 2014, le groupe a dégagé un bénéfice net de 13,6 milliards de yens (100 millions d'euros) aidé par la dépréciation du yen qui a amplifié les marges de ses instruments médicaux et appareils photos.Son bénéfice d'exploitation a été multiplié par deux à 73,4 milliards de yens en dépit d'un repli de 4,1% de son chiffre d'affaires 713,3 milliards de yens du fait de la cession d'une activité de distribution de téléphones portables qui n'était pas jugée stratégique.Les effets de change ont dopé le chiffre d'affaires de 95,5 milliards de yens et le bénéfice d'exploitation de 26 milliards, a précisé Olympus.Le numéro un mondial des endoscopes s'est félicité d'avoir notablement réduit les pertes de son activité de technologies d'image qui comprend les appareils photo, du fait notamment de la bonne tenue des ventes des modèles à visée reflex sans miroir, type de boîtiers à objectif interchangeable qui ont actuellement le vent en poupe. Des mesures de réductions de coûts et d'ajustement de stocks ont aussi joué, alors même que le chiffre d'affaires de cette activité a diminué de 11%.L'activité médicale d'Olympus, sa principale, elle, a vu ses ventes augmenter de 25% et le profit lié s'élever de 30% à 113 milliards de yens. Ces bonnes performances globales interviennent alors même qu'Olympus a dû provisionner 35 milliards de yens de charges exceptionnelles, notamment pour faire face à une série de procès intentés à son encontre du fait d'un récent scandale de maquillage de comptes pendant des années pour dissimuler des pertes financières sur des investissements risqués.Cette retentissante affaire avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant