Olympisme: l'Allemand Thomas Bach élu président du CIO

le
0
THOMAS BACH, NOUVEAU PRÉSIDENT DU CIO
THOMAS BACH, NOUVEAU PRÉSIDENT DU CIO

par Karolos Grohmann

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Allemand Thomas Bach a été élu mardi président du Comité international olympique (CIO) pour un mandat de huit ans, lors de la 125e session de l'instance internationale qui se tient à Buenos Aires.

Agé de 59 ans, il est seulement le neuvième président du CIO depuis sa création en 1894 et succède au Belge Jacques Rogge, élu en 2001 et reconduit pour quatre ans en 2009.

À une exception près, les présidents successifs du CIO étaient tous européens, seul l'Américain Avery Brundage étant parvenu à briser le monopole du Vieux continent entre 1952 et 1972.

"Je veux être le président de tous", a dit Thomas Bach, rayonnant lorsque les membres du CIO ont salué son élection, avant d'étreindre et embrasser ses collègues.

"C'est vraiment une grande émotion", a-t-il dit aux agences de presse internationales.

"Sentir un tel soutien de tous les membres du CIO est un sentiment extrême. Je ne peux pas le décrire", a-t-il dit avant d'écraser quelques larmes en étreignant sa femme et ses proches.

Thomas Bach était l'un des six candidats au poste et a été élu dès le deuxième tour de scrutin où il a devancé le Portoricain Richard Carrion. Il a obtenu 49 voix sur 93 suffrages contre 29 pour Richard Carrion.

"Je pensais que j'avais une véritable chance. J'ai donné mon meilleur mais ça a été trop juste", a dit Carrion à Reuters.

"Malheureusement, il n'y a pas de médaille d'argent dans cette compétition. Maintenant, je vais devoir me mettre au régime après tous ces repas."

L'Allemand était le grand favori de cette élection. Champion olympique d'escrime (1976), polyglotte et affable, il est le président fondateur de la Confédération des sports olympiques allemand qui regroupe 28 millions de membres.

Siégeant au conseil d'administration de plusieurs entreprises, cet avocat de formation est aussi le président de la Ghorfa, la chambre de commerce et d'industrie germano-arabe.

Son implication dans le mouvement olympique remonte à 1981 lorsqu'il est devenu représentant des athlètes lors du congrès de Baden-Baden.

À la tête de la commission juridique et de la commission de discipline du CIO, Thomas Bach a également été sur le front de la lutte antidopage, suivant la ligne tracée par Jacques Rogge de "la tolérance zéro".

Pour lire une brève biographie de Thomas Bach, double-cliquer sur

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant