Olympique de Marseille : les ultras calment le jeu

le
0
Olympique de Marseille : les ultras calment le jeu
Olympique de Marseille : les ultras calment le jeu

Les South Winners, un des deux principaux groupes de supporteurs de l'OM, ont retiré dimanche de leur site le violent communiqué dans lequel ils s'en prenaient, «sous le coup de la colère», aux joueurs, qualifiés de «sous-hommes». Ce communiqué, en plus d'un tag anonyme à l'encontre de José Anigo, avait contribué cette semaine à créer un climat totalement nauséabond autour du club,  qui, quelques jours après son élimination en Coupe de France contre Nice, a enregistré une nouvelle défaite dimanche soir face à Monaco (0-2) au stade Louis-II, en clôture de la 22e journée de L1.

Des paroles «sous le coup de la colère»

S'estimant «humiliés» par l'élimination mardi face à Nice (4-5) au Vélodrome en Coupe de France, les South Winners avaient appelé à harceler les joueurs dans une tribune publiée sur leur site. «Ils se sentent intouchables dans la bulle OM? Faisons-leur vivre l'enfer dans leur vie de tous les jours. Dans la rue, à la boulangerie, dans les restaurants, en discothèque... Humilions ces sous-hommes!», pouvait-on y lire.

«Par passion, sous le coup de la colère, face à des joueurs qui bafouent notre maillot, nous avons jugé utile de les secouer sèchement. Malheureusement, avec du recul et vu les faits de ces dernières heures, même si sur le fond nous avons certainement raison, sur la forme, nous avons sous-estimé l'impact de ce texte», estiment-ils ce dimanche.

«Beaucoup d'amalgames ont été faits»

«Ces dernières 48 heures, beaucoup d'amalgames ont été faits. Nous condamnons les tags odieux à l'encontre de José Anigo et nous ne nous reconnaissons pas à travers de tels actes», écrivent les ultras du virage sud dans un communiqué. Peu de temps après la diffusion de leur message, un tag outrancier hostile à José Anigo, évoquant la mort de son fils, tué par balles le 5 septembre 2013 dans les quartiers nord de la ville, était découvert vendredi matin sur les murs en face du centre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant