Olympique de Marseille : Doria règle ses comptes avec Bielsa

le
0
Olympique de Marseille : Doria règle ses comptes avec Bielsa
Olympique de Marseille : Doria règle ses comptes avec Bielsa

Le chiffre zéro pourrait résumer la carrière de Doria à l'OM. Le défenseur brésilien, acheté à Botafogo entre 6 et 10 millions d'euros selon les estimations l'été dernier, a été prêté vendredi avec option d'achat à Sao Paulo sans avoir porté une seule minute les couleurs marseillaises. Une absence de temps de jeu qui s'explique par une autre absence : celle de relation avec Marcelo Bielsa, l'entraîneur argentin de l'équipe phocéenne.

Le joueur est revenu lundi sur sa mésaventure marseillaise. «Ce qui s'est produit vient d'un problème extra-sportif. Ce n'était pas avec moi mais entre le président et l'entraîneur de l'OM», a-t-il déclaré en conférence de presse lors de sa présentation à Sao Paulo. «Ce qui est arrivé c'est que j'ai été acheté par le président sans qu'il (ndlr : Bielsa) ne soit consulté et cela ne lui a pas plu», a-t-il ajouté. «El Loco», le surnom de Bielsa, s'en était d'ailleurs ouvertement pris à Vincent Labrune à ce sujet.  

«Je pense qu'il a voulu montrer qu'il pouvait se passer de moi», a précisé le défenseur de 20 ans. A l'époque de la signature de son contrat de cinq ans, le club phocéen s'était félicité d'avoir «certainement réussi l'une des très belles opérations de ce mercato 2014-15». Mais son entraîneur argentin n'était pas du même avis, expliquant s'être «opposé à son arrivée», car on ne lui avait «pas demandé (son) opinion» à son sujet.

«J'ai déprimé de ne jouer qu'avec la réserve»

«Mon épouse m'a beaucoup aidé, car j'étais déprimé de ne jouer qu'avec la réserve. Quand il y avait des blessés, l'OM alignait toujours d'autres joueurs à leur place alors que ce n'était même pas leur poste !» a commenté Doria. «Les fans, le président et même les joueurs me soutenaient et demandaient à ce que je sois aligné. Des fois, j'en venais à penser que j'avais désappris à jouer à football. Mais je voyais que tout le monde me soutenait, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant