Olivier Guégan, le retour à la maison

le
0
Olivier Guégan, le retour à la maison
Olivier Guégan, le retour à la maison

Ce mardi soir, Reims se déplace sur la pelouse d'Angers pour le compte de la septième journée de Ligue 1. Un match comme un autre, sauf pour un homme, Olivier Guégan, l'entraîneur rémois, qui fait ici son retour dans un stade qu'il connaît bien. Très bien, même.

Aujourd'hui à la tête de l'équipe première de Reims après avoir succédé à Jean-Louis Vasseur, en avril dernier, Olivier Guégan n'est pas le plus connu des entraîneurs de Ligue 1. Pourtant, s'il y a bien un club où le natif de Longjumeau est tout sauf un anonyme, c'est au SCO Angers. Un club où il a été formé sans parvenir à jouer en professionnel, avant de revenir quelques années plus tard pour enfin avoir sa chance. Un retour qu'il fera même brassard autour du bras, comme pour sceller, enfin, une idylle inéluctable. Alors forcément, à l'heure où il s'apprête de nouveau à pénétrer dans l'enceinte du stade Jean-Bouin, Guégan doit sentir la nostalgie le prendre aux tripes. Surtout que ce mardi soir, l'ancien adjoint d'Hubert Fournier aura le rôle de l'adversaire. Mais peu importe, comme tous les enfants prodigues, il sera vite pardonné, d'autant que du côté d'Angers, Olivier Guégan n'a laissé que de bons souvenirs.

Un gamin qui en veut


L'histoire commence à la toute fin des années 1980, lorsqu'il intègre le centre de formation du SCO Angers. C'est là-bas, sur les terres de Maine-et-Loire, que le jeune Olivier débute son apprentissage de footballeur. Et s'il n'en est même pas encore à l'aube de sa carrière professionnelle, Guégan se révèle déjà comme un garçon qui en veut, plus que tout. André Guesdon, alors directeur du centre, se souvient encore de ce garçon volontaire : "C'était quelqu'un qui travaillait beaucoup, qui était très sérieux, en match comme à l'entraînement. Très vite, il s'est imposé comme le leader de mon groupe." Des efforts et un charisme naturel qui lui confèrent rapidement un énorme capital sympathie au sein du club. Plus vieux de trois années, Cédric Daury faisait partie du groupe pro, pourtant il n'a pas oublié le jeune homme : "À mon époque, il faisait partie des jeunes, il était plus avec le centre de formation. Néanmoins, je me souviens très bien d'un bon mec et d'un gros compétiteur. Ce sont les premières choses qui me reviennent. C'était quelqu'un de très apprécié au club. Je dirais même que c'est clairement le genre de joueurs sur lesquels les clubs s'appuient en matière d'exemplarité." Des éloges mérités pour celui qui ne fait alors parler de lui qu'en bien. Pourtant, malgré son envie et le travail qu'il fournit quotidiennement, Olivier Guégan ne parvient pas à intégrer l'équipe première du SCO. Désireux de continuer à progresser, le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant