Olivier Feliz, recruteur pour le Portugal, en France, des binationaux

le
0
Olivier Feliz, recruteur pour le Portugal, en France, des binationaux
Olivier Feliz, recruteur pour le Portugal, en France, des binationaux

Nés et formés en France, Raphaël Guerreiro et Anthony Lopes jouent pourtant sous pavillon portugais. Ces deux joueurs ne sont pas les seuls Franco-portugais à partir jouer avec la sélection portugaise. Choix du coeur ou choix sportif, Olivier Feliz est l'homme qui s'occupe de les convaincre de venir jouer avec la Selecçao.

Comment devient-on le " rabatteur " des Franco-portugais ?
J'ai démarré à Vanves en tant que dirigeant puis j'ai été à l'ACBB (Athlétic Club de Boulogne-Billancourt) qui a vu passé pas mal de bons joueurs comme Ben Arfa, Nkoudou ou encore Jean-Kevin Augustin. C'est ici que je suis rentré dans le milieu car on y rencontre pas mal de recruteurs et de directeurs de centres de formation. C'est à ce moment-là que Porto est arrivé et j'ai commencé à faire recruteur en France pour eux puis, après, pour d'autres clubs portugais. A la suite de cela, la fédération portugaise m'a contacté et nous travaillons maintenant en collaboration.

Quel est votre rôle précisément au sein de la Fédération portugaise ?
Je m'occupe de recruter des jeunes d'origine portugaise qui jouent en club pro en France. Et plus précisément ceux qui n'ont pas été convoqués en équipe de France à l'âge de 16 ans, les Pré-France. À partir du moment où la France ne s'y intéresse pas, je les suis et j'avertis la fédération portugaise.

Comment faîtes-vous pour recruter ces franco-portugais ?
Quand on entend parler d'un gamin d'origine portugaise qui joue à Nancy, à Strasbourg ou à Lyon je vais superviser. Après, je sais les profils et les postes que recherchent la sélection donc je ne vais pas récupérer tous les joueurs mais je suis toujours regardant car il peut y avoir un diamant brut. Après, s'il convient à la sélection et que je juge qu'il a le niveau pour jouer en U15-U16-U17-U18 ou U19 de la sélection portugaise, alors on attaque le dossier.

Est-il facile de convaincre l'enfant de rejoindre la Selecçao ?
C'est assez facile. Tous les jeunes veulent jouer avec la sélection du Portugal. J'ai très rarement eu un refus de la part d'un enfant. Quand je demande aux parents si l'enfant est d'accord pour jouer avec la sélection la réponse est toujours la même : "Ronaldo, je veux jouer avec lui". Avant, c'était pour Rui Costa ou Figo. Et avant eux, c'était beaucoup plus difficile de les convaincre.

« Le déclic, c'est Scolari. Il a redonné espoir au peuple portugais et donc aux Franco-portugais. Avant lui,…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant