Olivier Bierhoff : «Nos pensées iront vers la France»

le , mis à jour à 16:42
0
Olivier Bierhoff : «Nos pensées iront vers la France»
Olivier Bierhoff : «Nos pensées iront vers la France»

Manageur général de la sélection allemande depuis juillet 2004, Oliver Bierhoff était au Stade de France le 13 novembre 2015 pour le match amical entre la France et l'Allemagne. Il revient avec émotion sur les événements tragiques et leurs conséquences.

 

Avec le recul, en quoi cette soirée tragique du 13 novembre a-t-elle changé la société ?

OLIVER BIERHOFF. Le fait que la terreur a débarqué en Europe et notamment en France et en Allemagne. Il est évident que les gens sont plus prudents dans leur quotidien et qu'ils ont davantage peur qu'avant.

 

Quels souvenirs conservez-vous de la nuit du 13 au 14 novembre 2015 passée au Stade de France après France - Allemagne (2-0) ?

Déjà, nous étions plutôt impuissants face à cette situation inédite. C'était le choc, quelque chose d'hallucinant. Nous ne savions pas trop quoi faire, car nous n'étions pas capables d'avoir une influence sur les événements. Mais le plus marquant a sans aucun doute été la solidarité exemplaire des gens dans cet état d'urgence, que ce soit au sein de notre sélection, l'attitude magnifique de l'équipe de France qui est venue nous apporter son soutien en restant au Stade de France tant que nous y étions. Cette cohésion a été très forte. Elle nous a rapprochés.

 

S'il y a un élément positif à retenir, c'est justement le fait que les deux pays se soient rapprochés ?

Absolument. Entre nos deux sélections, le respect est énorme. A l'Euro, nous avons été accueillis avec beaucoup de générosité et de sympathie. C'est aussi pour cela que notre Fédération a tenu à remettre récemment le prix du fair-play à la France.

 

Depuis cette tragédie, votre vie a-t-elle changé ?

Disons qu'au quotidien je suis davantage prudent, je prends plus de précautions, je réfléchis plus lorsque j'effectue quelque chose. Automatiquement, on devient moins inconscient. Néanmoins, il faut chercher à continuer à vivre normalement et à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant