Oliver Giroud, supersub malgré lui

le
0

Cantonné à un rôle de remplaçant par Arsène Wenger depuis le début de saison, Olivier Giroud n'a, ironiquement, jamais paru aussi efficace devant le but. La vie d'un supersub en puissance, finalement.

La scène se passe samedi dernier. À la 89e minute de jeu de la rencontre opposant Manchester United à Arsenal. Les Gunners, en incroyable panne d'inspiration offensive, semblent voués à repartir la tête basse d'Old Trafford. Encore une fois. Mais c'était sans compter sur un certain Olivier Giroud. Entré en jeu seize minutes auparavant, l'international tricolore surgit dans les derniers instants de la partie pour catapulter une tête salvatrice au fond des filets de David de Gea. Le seul tir londonien de la seconde période aura donc été le bon. Et Giroud, une nouvelle fois, aura rempli son rôle de remplaçant à merveille. Sauf qu'à l'image de sa célébration tout en retenue face à United, le joueur semble empreint de frustration. Mais comment pourrait-il en être autrement, pour celui qui ne parvient pas à retrouver une place de titulaire malgré des performances convaincantes à chacune de ses apparitions ? Et si ses statistiques plaident incontestablement en sa faveur, le risque de n'être plus qu'un supersub, aussi efficace soit-il, n'a jamais paru aussi grand.

Un instinct de buteur aiguisé


Le débat revient régulièrement sur la table : Olivier Giroud a-t-il vraiment le potentiel nécessaire pour être le leader d'attaque d'un club comme Arsenal ? Pour une majorité des observateurs, la réponse est non. Le Français est un bon joueur, certes, mais aux aptitudes un peu légères pour porter son équipe vers un trophée majeur. Si Arsène Wenger a toujours contesté cette hypothèse, il n'empêche que le coach alsacien ne fait rien pour la démonter. Lui qui n'a toujours pas juger bon de titulariser son avant-centre en championnat cette saison. Car si le joueur a connu quelques galères physiques avec près d'un mois et demi d'indisponibilité, cela va faire maintenant un mois que les blessures sont derrière lui. Et pourtant, il doit encore se contenter de poser son cul sur le banc. À l'exception d'un match, le déplacement à Ludogorets en Ligue des champions, l'ancien Montpelliérain

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant