Olho do Brasil, du terril de Scléssin à Copacabana.

le
0
Olho do Brasil, du terril de Scléssin à Copacabana.
Olho do Brasil, du terril de Scléssin à Copacabana.

Ce soir, à la télévision belge, il sera possible de se plonger dans le Mondial de quatre supporters aveugles ou malvoyants partis supporter la Belgique au Brésil. Un film documentaire édifiant et très drôle de par ses conditions de tournages.

Neuf mecs, une fille, un appareil photo 5D, une Go pro et une destination de rêve. A première vue, Olho Do Brasil pourrait ressembler à un docu sympathiquement tourné à l'arrache comme il en existe des centaines. Et c'est vrai, qu'il y a un peu de cela dans Olho Do Brasil. Il y a aussi un peu d'esprit de colo, mais il y a surtout quatre grands fans des Diables rouges, tous aveugles ou malvoyants, dans un stade de foot pendant le Mondial. Le film réalisé par Gilles Chatelain et Alban Herinckx, deux autres mordus de ballon rond, raconte cette aventure avec frissons, mais sans voyeurisme. Une ode au football social avec l'audiodescription comme fil conducteur.

L'audiodescription, c'est cette voix-off qui permet de faire vivre un événement à un malvoyant. Jean-Marc Streel est un homme de radio, mais s'est spécialisé depuis 2009 dans l'audiodescription à caractère footbalistique. A la tête de l'ASBL, A.S.A, pour All Services Access, il fait vivre depuis cinq ans les matchs des trois principales équipes wallonnes que sont Mons, Charleroi et le Standard de Liège à une cinquantaine de personnes aveugles ou malvoyantes. Il n'était bien sûr pas possible d'emmener tout ce petit monde dans l'autre hémisphère et il a donc fallu faire des choix. Un vrai crève-cœur à écouter celui qui est à l'origine du projet : "Le plus dur a été de leur faire comprendre. Il en fallait quatre. Et a priori, le but, c'était quand même d'avoir quatre personnages réellement représentatifs de l'audiodescription. Après, c'est évident qu'il fallait aussi des personnalités fortes."



Les 52 minutes de film, diffusées en avant-première le mois dernier au centre culturel d'Uccle, prouve que le casting effectué par Jean-Marc Streel était le bon. Pour en être convaincu, il faut l'avoir vu. En attendant, et pour mieux comprendre les coulisses de ce docu étonnant, il est intéressant de savoir de qui l'on parle. Joannis est malvoyante depuis cinq ans, mais conserve un don unique pour la photographie. Antonio est aveugle depuis ses 13 ans et n'avait jamais entendu parler d'un ballon de foot avant de découvrir l'audiodescription, mais enchaîne aujourd'hui jusqu'à trois matchs de division 1 belge par week-end. Lolo, est un dingue de foot...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant