OL-Valence, comme un air de déjà vu

le
0
OL-Valence, comme un air de déjà vu
OL-Valence, comme un air de déjà vu

Ce mardi soir, l'OL reçoit Valence pour tenter de lancer, enfin, sa saison européenne. Une confrontation qui projette les Gones quinze ans en arrière, face au même adversaire et presque dans la même configuration. À quelques différences près.

Il y a tout juste 15 ans, l'Olympique lyonnais affrontait Valence, dans le groupe C de la première phase de poules de la Ligue des champions. Pour sa toute première participation en C1, les hommes de Jacques Santini se coltinaient donc un Valence au sommet de son art, sans toutefois se douter que Los Ches se retrouveraient quelques mois plus tard en finale de la plus prestigieuse des compétitions, face au Bayern Munich. Aujourd'hui, tout a changé : l'Olympique lyonnais est devenu le club français qui a emmagasiné le plus d'expérience en Ligue des champions, tandis que Valence n'est plus aussi rayonnant qu'en début de millénaire. Pourtant, à l'aube de cette nouvelle confrontation, certains éléments peuvent rappeler au bon souvenir des nostalgiques celle de l'an 2000. Mais beaucoup de facteurs laissent entrevoir une nouvelle déconvenue pour les hommes d'Hubert Fournier, qui, malgré l'expérience du club, semblent souffrir d'un déficit individuel de maturité. Toutefois, comme le rappelle Philippe Violeau, "rien n'est jamais joué sur ces rencontres. Elles sont totalement à part."

Lyon peut faire mieux


Privé de Ligue des champions pendant trois ans et demi, l'Olympique lyonnais a donc retrouvé la C1 après une saison exemplaire en Ligue 1. En 2000, les Gones avaient également gagné le droit de participer à la plus prestigieuse des compétitions européennes après un bel exercice lors de la saison 1999/2000. Seulement, "Valence est sans doute moins armé aujourd'hui qu'à l'époque", comme le reconnaît aisément Philippe Violeau, qui était présent lors de la double confrontation en 2000. "À l'époque, Valence était à son apogée. Ils étaient tout en haut de l'affiche. Nous, on voulait tout de même jouer notre carte, même si on savait qu'on ne partait pas favoris", reconnaît l'ancien milieu de terrain. Dans les vestiaires, Jacques Santini ne se voulait pas dramatique. "Le discours était soft, assez dédramatisant. Personne n'en a fait une montagne", explique Violeau. Malgré les deux défaites, Lyon avait d'ailleurs réussi à se qualifier pour la deuxième phase de poules. Alors oui, le Valence de 2000 était bien supérieur au Valence de 2015. Un bon point pour les hommes d'Hubert Fournier, donc.

De plus, outre le niveau du club espagnol, l'Olympique lyonnais d'Hubert Fournier jouit d'un avantage certain par rapport à son homologue…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant