Oklahoma : l'arrêt des exécutions réclamé après la mise à mort ratée

le
0
Oklahoma : l'arrêt des exécutions réclamé après la mise à mort ratée
Oklahoma : l'arrêt des exécutions réclamé après la mise à mort ratée

Le directeur des prisons de l'Oklahoma (sud des Etats-Unis), qui avait présidé à une exécution qui s'est mal passée mardi soir, a réclamé jeudi l'arrêt de toutes les exécutions pour une durée indéterminée, le temps de réviser entièrement les procédures.

Robert Patton plaide pour une «révision complète du protocole d'exécution» en Oklahoma, dans une lettre à la gouverneure, Mary Fallin, rendue publique au surlendemain de l'exécution de Clayton Lockett, qui a succombé à une «crise cardiaque foudroyante» 43 minutes après le début de l'injection létale, après avoir apparemment beaucoup souffert.

Une enquête indépendante demandée

«Je suis pleinement favorable à une enquête externe sur les circonstances de l'exécution du condamné Lockett. (...) Je crois que le rapport (d'enquête) apparaîtra plus crédible s'il est conduit par une entité extérieure», écrit le directeur des autorités pénitentiaires, en livrant la chronologie précise de l'exécution controversée.

On y apprend ainsi que Clayton Lockett s'était lacéré le bras droit la veille de son exécution, et avait reçu un tir au Taser, à l'aube, pour l'extraire de force de sa cellule, afin de passer des radios dans le cadre des préparatifs à l'injection létale.

En outre, le phlébologue n'ayant trouvé de «point praticable» ni aux bras ni aux jambes pour placer l'intraveineuse, l'avait installé à l'aine. Le condamné à mort était encore conscient sept minutes après l'administration de l'anesthésiant, et son décès a été prononcé 43 minutes après, contre une dizaine de minutes habituellement.

Des protestations jusqu'à la Maison Blanche

«Le calendrier publié par les autorités pénitentiaires indique que l'intraveineuse fémorale n'a jamais été posée comme il faut et que les produits ont été injectés dans les chairs de Clayton Lockett et non dans ses veines», estime l'avocate Madeline Cohen, défenseure d'un condamné qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant