OGM : trois «faucheurs volontaires» condamnés en appel à Orléans

le
0
OGM : trois «faucheurs volontaires» condamnés en appel à Orléans
OGM : trois «faucheurs volontaires» condamnés en appel à Orléans

Trois «faucheurs volontaires» qui avaient détruit le 24 juillet 2010 deux parcelles de tournesol expérimental à Saint-Branchs et Sorigny, en Indre-et-Loire ont été condamné mardi par la cour d'appel d'Orléans (Loiret) à trois mois de prison avec sursis. Ils devront également s'acquitter solidairement de 7 000 euros de dommages et intérêts envers les propriétaires des champs.

Cette peine est plus sévère que celle qui avait été prononcée en première instance, en mars 2013. A l'époque, seuls deux des trois faucheurs avaient été condamnés à trois mois de prison avec sursis et 5 000 euros de dommages et intérêts. Le troisième prévenu avait été relaxé. Le ministère public, comme les faucheurs, avaient fait appel.

Une variété cultivée dans le cadre d'une expérimentation

Les plants fauchés, cultivés dans le cadre d'une expérimentation, résistent à une variété d'herbicide. Ces tournesols sont obtenues par mutagénèse, c'est-à-dire par la sélection de gènes mutants, et non par transgénèse (introduction d'un nouveau gène). Ces deux techniques sont exclues du champ d'application de la directive européenne sur les OGM. Pour les faucheurs, elles sont pourtant aussi dangereuses l'une que l'autre.

L'an dernier, ces variétés de tournesol obtenues par mutagénèse occupaient environ un tiers des surfaces consacrées à cette plante en France, soit 200 000 ha, contre 30 000 ha en 2010. La même accélération s'amorce pour le colza, avec environ 15 000 hectares cultivés l'an dernier. Selon les «faucheurs volontaires», c'est dix fois plus qu'en 2012.

Une trentaine de faucheurs dans les locaux de l'Inra à Lyon

Une trentaine de «faucheurs volontaires» ont occupé mercredi durant plusieurs heures des locaux de l'ENS Lyon (Rhône), où sont situés des laboratoires de l'Institut de la recherche agronomique (Inra). Ils s'opposent à des travaux de recherche en cours sur le maïs transgénique. Plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant