OGM : José Bové prêt à la «désobéissance civile»

le
1
Alors que le Conseil d'Etat a cassé l'interdiction du maïs transgénique en France, le gouvernement se montre toujours opposé à son exploitation. Le député européen évoque une possible réévaluation européenne du maïs MON810 de Monsanto.

Le conseil d'État a annulé l'interdiction de cultiver du maïs transgénique MON810 de la firme Monsanto en France. José Bové, député européen d'Europe Ecologie Les Verts et figure de la lutte anti-OGM attendait cette décision.

Lefigaro.fr: Qu'est ce qui motive la décision du Conseil d'État?

José Bové: Les règles européennes, qui sont claires. Seuls des arguments scientifiques peuvent interdire l'exploitation d'un OGM. Or Bruxelles ne reconnaît pas les risques du maïs MON810. Les pays qui l'interdisent se retrouvent donc en contradiction avec la règle fixée par l'Union européenne. Il faut réévaluer ce maïs transgénique, seul OGM cultivé en Europe. Certains le demandent et dans ce cas, il y a peu de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jjd47 le vendredi 2 aout 2013 à 14:35

    Bruxelles: bande de politicards et de haut Fonctionnaires vendus aux lobbies de tout poil(Big pharma, chimistes, nucléaire et industriels del'agriculture et de la mal-bouffe) J'ai pas de preuves, mais à voir toutes les décisions prises dans tous ces domaines, et toujours en faveur des mêmes, toujours en défaveur du petit peuple, des consommateurs et de leur santé...