Offre de reprise de l'ex-société Spanghero validée

le
0

TOULOUSE (Reuters) - Larnaudie, poids lourd de l'agroalimentaire, reprendra La Lauragaise, l'ex-société Spanghero basée à Castelnaudary (Aude) qui avait été au c½ur du scandale de la viande de cheval, a-t-on appris mercredi auprès Laurent Spanghero.

Le tribunal de commerce de Perpignan (Pyrénées-Orientales) a validé mercredi la seule offre de reprise pour cette société née sur les cendres de Spanghero et placée en redressement judiciaire en juin.

L'ancien rugbyman de 75 ans, reconverti dans l'agroalimentaire, avait repris en juillet 2013 sous le nom La Lauragaise la société de produits cuisinés Spanghero qu'il avait fondée en'70 et qu'il avait dirigée pendant plus de 30 ans avant de la céder en 2009 à la coopérative Lur Berri.

La Lauragaise avait repris 95 des 240 salariés de l'ex-Spanghero liquidée en avril 2013 après avoir été désignée comme la principale responsable du scandale européen de la viande de cheval vendue pour du b½uf.

Laurent Spanghero a justifié le redressement judiciaire par des "difficultés de trésorerie et un manque d'activité", aggravés par le montant du crédit-bail contracté pour la reprise de la société.

"Le repreneur a renégocié ce crédit-bail à la baisse et va pouvoir reprendre l'intégralité des salariés puisqu'il y a une dizaine de départs volontaires", a dit à Reuters Laurent Spanghero. "La mission est accomplie car l'objectif était de sauver l'entreprise en évitant la liquidation et la suppression des emplois."

Le projet industriel de la CA Holding Larnaudie mise sur la reprise de 86 postes sur la centaine que compte le site, la production de 600 tonnes supplémentaires en 2014 et de 1.500 tonnes en 2015, contre 2.800 actuellement. Le groupe agroalimentaire envisage un chiffre d'affaires de 12,6 millions d'euros en 2015 et le retour à l'équilibre en 2017.

CA Holding comprend Loste Tradi-France (marques Loste, Melli, Noxfine, Jean Larnaudie, Sapresti Traiteur), Grand Saloir Saint Nicolas et TLC. Le groupe emploie 1.700 salariés en France et réalise 330 millions d'euros de chiffre d'affaires sur 10 sites de production.

(Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant