Offre de Midea sur Kuka, nouvelle preuve de l'appétit chinois pour le "made in Germany"

le
0
Offre de Midea sur Kuka, nouvelle preuve de l'appétit chinois pour le "made in Germany"
Offre de Midea sur Kuka, nouvelle preuve de l'appétit chinois pour le "made in Germany"

Nouvelle manifestation de l'appétit chinois pour les cibles européennes en général, et l'industrie allemande en particulier, le géant de l'électroménager Midea a dévoilé mercredi une offre sur le fabricant de robots Kuka, valorisant celui-ci plus de 4 milliards d'euros. Kion, Putzmeister, KraussMaffei... la liste des industriels allemands passés sous pavillon chinois ces dernières années est déjà longue. Midea possède déjà 13,5% de Kuka. Et il a annoncé mercredi son intention de lancer "une offre d'achat amicale" sur les actions de la firme bavaroise qu'il ne possède pas.L'offre valorise Kuka, qui réalise plus de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, à 4,6 milliards. Les actionnaires de Kuka se frottaient les mains, et l'action de l'allemand prenait plus de 30% à la Bourse de Francfort mercredi à la mi-journée. "Nous voulons avoir une forte participation au-dessus de 30% (...) qui placerait les deux entreprises dans une bonne position pour conforter leur croissance au travers de leur collaboration, en particulier en Chine", a indiqué Paul Fang, président et directeur général de Midea.Avec 30% du capital - qui lui coûteraient moins de 800 millions d'euros -, Midea passerait devant l'actuel premier actionnaire de Kuka, le groupe allemand de machines-outils Voith.Il serait ainsi assuré d'avoir une influence considérable sur la stratégie de sa cible, l'un des principaux fabricants de robots industriels dans le monde. Midea, mastodonte de l'électroménager mondial connu notamment pour ses appareils de ventilation et d'air conditionné, est déjà l'un de ses clients. Et devrait continuer à s'appuyer sur lui pour moderniser son appareil de production.- "Une nécessité" -Midea, qui a engrangé l?an dernier un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars, est à la fois confronté au renchérissement de la main d??uvre en Chine et à une concurrence locale plus aiguisée.Une double pression qui le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant