Offre Danone-Mead Johnson pour la nutrition infantile de Pfizer

le
0

NEW YORK/PARIS (Reuters) - Mead Johnson et Danone se sont assurés l'autorisation de présenter une offre conjointe pour l'activité nutrition infantile de Pfizer lors au prochain tour de l'appel d'offres prévu le 5 mars, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Mead et Danone étudiaient depuis plusieurs semaines la possibilité de pouvoir faire une offre commune, mais avaient besoin de l'approbation du groupe américain, a-t-on expliqué de mêmes sources.

Mead et Danone se sont refusés à tout commentaire.

Pfizer n'a pas pris de décision définitive sur le sort -cession, scission ou autre- de cette activité acquise via le rachat du groupe pharmaceutique Wyeth en 2009 pour 68 milliards de dollars.

Le groupe a indiqué qu'une décision définitive serait prise en 2012. Il étudie aussi l'avenir de sa branche santé animale dans le cadre de son recentrage sur le médicament proprement dit.

La nutrition infantile de Pfizer réalise un chiffre d'affaires annuel de 2,1 milliards de dollars, dont 60% en Asie, 30% en Europe, principalement au Royaume-Uni, et 10% en Amérique latine.

Heinz, tout en gardant un oeil sur le dossier, ne devrait pas faire d'offre lors du prochain tour, a indiqué une source, ajoutant qu'il pourrait en revanche vouloir racheter des parties qui devraient être cédés par la suite.

Nestlé souhaite pour sa part faire une offre sur la totalité de cette activité et céder par la suite les parties qui pourraient poser problème du point de vue de la concurrence, a-t-on poursuivi de même source.

A Paris, Pierre Tegner, analyste chez Natixis, a estimé qu'un scénario Mead-Danone réduirait l'avantage de Nestlé, dont le principal atout est la force de frappe financière.

"Si le groupe se retrouve en position de tireur isolé, il est moins en mesure que le consortium Mead Johnson-Danone d'apporter des garanties sur l'accord des autorités anti-trust. Cela laisse donc une chance à Danone de récupérer certains actifs pour sortir de sa position d'acteur euro-asiatique en récupérant les actifs d'Amérique latine", a-t-il commenté.

Franck Riboud, le PDG de Danone, avait déclaré le 15 février qu'il était toujours intéressé par des actifs qui viendraient consolider le portefeuille du groupe.

Interrogé sur un intérêt pour la nutrition infantile de Pfizer, il avait ajouté que Danone avait "la capacité de réaliser des acquisitions mais pas aussi structurante que celle de Numico".

Certains analystes ont valorisé cette activité de Pfizer entre huit et 10 milliards de dollars.

Il y a quatre ans, Danone avait vendu ses activités de biscuits à Kraft Foods pour 5,3 milliards d'euros avant de racheter deux activités de nutrition, médicale et infantile, en lançant une OPA de 12,3 milliards d'euros sur le néerlandais Numico.

En 2011, Danone a réduit de 205 millions d'euros sa dette financière nette, à 3.01 milliards d'euros.

En Bourse, à 12h15, l'action Danone cédait 0,3% à 50,54 euros, en phase avec l'indice sectoriel européen (-0,24%).

Jessica Hall, Victoria Howley et Noëlle Mennella,; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant