Offensive des insurgés à Damas et attentat à Palmyre

le
0
VIOLENTS COMBATS DANS PLUSIEURS QUARTIERS DE DAMAS
VIOLENTS COMBATS DANS PLUSIEURS QUARTIERS DE DAMAS

par Khaled Yacoub Oweis et Mariam Karouny

AMMAN (Reuters) - Les insurgés syriens ont affronté mercredi les forces fidèles à Bachar al Assad en limite du centre de Damas, ont déclaré des responsables de l'opposition, et tentent de s'emparer de quartiers menant au coeur de la capitale.

Cette nouvelle offensive vise à débloquer la situation dans cette ville de deux millions d'habitants où l'artillerie et les raids aériens des forces du régime ont empêché jusque-là les insurgés, retranchés dans l'Est, de progresser vers le centre, malgré la chute de certaines positions militaires.

Au même moment, au Caire où elle est réunie en sommet, l'Organisation de la coopération islamique (OCI) a lancé un appel à une solution négociée en Syrie. Dans son discours inaugural, le président égyptien, Mohamed Morsi, a invité le "régime au pouvoir" à Damas à tirer les enseignements de l'histoire et à privilégier l'intérêt national.

"Nous avons déplacé la ligne de front jusqu'à Djobar", a dit à Damas un commandant des insurgés, Islam Allouche, à propos d'un quartier qui relie les bastions des rebelles, dans les faubourgs Est, à la grande place des Abbassides. "Les combats les plus violents se déroulent dans Djobar parce que c'est la clé de l'accès au coeur de Damas", a-t-il dit.

Le pouvoir syrien a bouclé les accès à la place des Abbassides ainsi que la grande artère Farès al Khoury, tandis que les insurgés tiraient au mortier et au lance-roquettes sur les positions gouvernementales.

Les médias officiels et les sites internet pro-Assad affirment que les insurgés ont été repoussés de Djobar ainsi que d'autres secteurs de la zone de Ghouta, dans l'est de la ville.

"Notre noble armée poursuit ses opérations contre les terroristes à Irbine, Zamalka, Harasta et Sbeineg, détruisant les repaires des criminels", a assuré la télévision nationale en énumérant des quartiers damascènes en proie aux combats.

Les insurgés affirment en revanche avoir considérablement progressé. "Certains tronçons du périphérique de Damas sont tombés entre nos mains aujourd'hui. Le périphérique était de fait le dernier obstacle entre Ghouta et la ville proprement dite", a expliqué un chef rebelle, Abou Ghazi, basé à Irbine.

DIZAINES DE VICTIMES À PALMYRE

Une offensive mal organisée contre le centre de Damas s'était soldée par un échec l'année dernière. Cette fois-ci, assure Abou Ghazi, les insurgés ont mis en place des voies de ravitaillement pour soutenir les opérations.

"Une nouvelle stratégie est en place, les brigades sont unies. Ce qui se passe sur le terrain est très important, mais ce ne sont que les préparatifs d'opérations plus amples encore", a déclaré Abou Moaz al Agha, dirigeant et porte-parole d'une organisation combattante.

Les forces d'élite du régime, puisées pour l'essentiel au sein de la minorité alaouite à laquelle appartient le clan Assad, sont basées sur le mont Kassioun, qui fait partie de Damas, ainsi que sur des collines où sont positionnées des pièces d'artillerie et des lance-roquettes multiples.

Evaluées à 70.000 hommes, ces forces d'élite disposent d'une ligne de ravitaillement qui va jusqu'à la côte et continue de fonctionner malgré les efforts des insurgés pour l'interrompre.

Les forces fidèles au régime ont également été prises pour cible mercredi dans le centre du pays, à Palmyre, où un attentat suicide a été commis contre un bâtiment des renseignements militaires, faisant des dizaines de victimes selon l'opposition.

Une bombe a dans un premier temps détruit une partie du mur d'enceinte du siège des services de renseignement, situé près des ruines antiques. Un kamikaze a alors engouffré sa voiture piégée dans la brèche et l'a fait exploser, provoquant d'importants dégâts, ont dit des opposants locaux.

Selon un militant de l'opposition, des chars stationnés à l'intérieur du complexe des services de renseignement ont répliqué à l'attaque par des tirs d'obus qui ont tué plusieurs civils dans un quartier voisin.

L'agence de presse officielle syrienne a rapporté que deux kamikazes avaient fait exploser des véhicules bourrés d'explosifs près d'un garage d'un quartier d'habitation de Palmyre, tuant et blessant plusieurs personnes.

Guy Kerivel, Bertrand Boucey et Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant