Offensive de charme de Facebook en Chine où Mark Zuckerberg s'exprime en mandarin

le
0
Offensive de charme de Facebook en Chine où Mark Zuckerberg s'exprime en mandarin
Offensive de charme de Facebook en Chine où Mark Zuckerberg s'exprime en mandarin

Facebook a beau être inaccessible en Chine, où le réseau social est bloqué par les censeurs, son cofondateur Mark Zuckerberg n'en poursuit pas moins une offensive de charme dans le pays, avec un atout rare: il s'y exprime désormais... en mandarin.Invité à prononcer une allocution devant un amphithéâtre d'étudiants de la prestigieuse université Tsinghua, mercredi à Pékin, il a stupéfié son public en lançant en chinois: "Bonjour tout le monde!".Le jeune trentenaire, à la tête du plus gros réseau social du monde, a ensuite mené en chinois une séance de questions-réponses d'une demi-heure, suscitant encouragements et applaudissements d'un auditoire conquis, selon une vidéo jeudi."Apprendre la langue m'aide à étudier la culture. Et puis, j'aime les défis", a lancé l'Américain, non sans quelques prononciations incertaines. Mark Zuckerberg a répondu à des questions simples, formulées par un présentateur bienveillant, sur sa couleur préféré ("le bleu", emblématique du logo Facebook), son plat chinois favori, ou la famille sino-américaine de son épouse Priscilla Chan.-"Changer le monde"-Mais il a également abordé des thèmes plus ardus, dont sa philosophie de créateur d'entreprise: "Le plus important est de ne pas baisser les bras" et "de croire en sa mission", a-t-il déclaré."Les meilleures entreprises n'ont pas été fondées parce que le fondateur voulait créer une entreprise, mais parce qu'il voulait changer le monde!", a-t-il poursuivi avec enthousiasme.Il n'a pas manqué de rendre un hommage appuyé à la Chine, "qui compte beaucoup des firmes les plus innovantes du monde".Et de citer le géant du commerce en ligne Alibaba, les applications de messagerie du groupe internet Tencent, ou encore Xiaomi, fabricant de smartphones en plein essor.Le paradoxe est que Facebook est bloqué en Chine continentale depuis 2009 --à l'instar de Twitter, YouTube ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant