Offensive avant Mossoul: les peshmergas arrivent jusqu'à un pont

le
0
    par Maher Chmaytelli et Saif Hameed 
    BAGDAD, 15 août (Reuters) - Les peshmergas kurdes ont 
annoncé lundi avoir sécurisé un pont leur permettant d'ouvrir un 
nouveau front contre l'Etat islamique dans le cadre des 
opérations visant à préparer l'offensive sur Mossoul, la grande 
ville du nord de l'Irak occupée par l'organisation sunnite 
fondamentaliste. 
    Appuyés par les frappes aériennes de la coalition 
internationale contre l'EI menée par les Etats-Unis, les 
combattants kurdes ont atteint Kanhach, le côté occidental du 
pont de Gouer, cible de l'offensive qui a commencé dimanche. 
  
    Lors de leur avancée en juin 2014 pour prendre Mossoul, les 
djihadistes de l'EI ont endommagé le pont, qui traverse le 
fleuve Grand Zab, un affluent du Tigre, et qui mène au sud-est 
de Mossoul. 
    S'ils parviennent à réparer le pont, les peshmergas et les 
autres forces anti-EI pourront ouvrir une autre voie vers 
Mossoul. 
    Environ 150 kilomètres carrés ont été pris aux djihadistes 
le long du Grand Zab, ont annoncé les autorités kurdes. 
    "Le contrôle des hauteurs de Kanhach donne aux peshmergas un 
avantage stratégique sur les positions ennemies tout près de là 
et la principale route d'accès à Mossoul", a déclaré sur Twitter 
Masrour Barzani, chef du Conseil de sécurité de la région du 
Kurdistan. 
    C'est de la Grande mosquée de Mossoul qu'Abou Bakr al 
Baghdadi a déclaré en juin 2014 le "califat" sur les régions 
conquises par son mouvement en Syrie et en Irak. 
    L'armée irakienne tente de se rapprocher de Mossoul par le 
sud. En juillet, elle a repris la base aérienne de Kayyara, 
située à 60 km au sud de Mossoul. 
    Pour ralentir l'avancée des Kurdes, les djihadistes ont 
recours aux voitures piégées et aux tirs de mortiers, rapporte 
Saïf Hamid, journaliste de Reuters qui couvre l'offensive sur un 
camion blindé des peshmergas. 
    Dans un communiqué publié via son service d'informations 
Amak, l'EI indique que deux voitures piégées conduites par des 
kamikazes ont explosé dans un des villages pour bloquer 
l'avancée des forces kurdes et qu'elles ont fait des victimes 
parmi les peshmergas. 
    Les autorités du Kurdistan n'ont pas donné de bilan des 
combats, si ce n'est qu'elles ont confirmé la mort d'un 
cameraman d'une télévision kurde. Un journaliste a été blessé, 
ont-elles ajouté. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant