Oeufs contaminés : «A qui faire confiance maintenant ?»

le
12
Oeufs contaminés : «A qui faire confiance maintenant ?»
Oeufs contaminés : «A qui faire confiance maintenant ?»

«C'est quoi tous ces oeufs ? Pourquoi ils sont encore là ? Je croyais qu'il fallait tous les jeter aujourd'hui !» Son chariot roulant à la main, la femme, l'air furieux, prend les autres clients à témoin dans cette allée du supermarché Lidl, non loin de la place du Colonel-Fabien, hier, à Paris (Xe). Alors que le ministre de l'Agriculture a tenté vendredi de rassurer les consommateurs sur l'absence de risques sanitaires une semaine après le début du scandale, la plupart des clients semblent indifférents. Certains jettent tout de même un oeil intéressé à la scène.

 

Des affichettes pour rassurer les clients chez Lidl

« Moi, j'aime bien me faire une omelette de temps en temps, mais je ne sais plus quoi acheter », marmonne Nadia, qui tente de décrypter l'étiquette de la boîte qu'elle tient à la main. Elle opte pour les label Rouge à 2,99 ¤ les six. « D'habitude, je prends ceux-là », dit-elle en désignant la douzaine d'oeufs Lidl à 1,43 ¤. « Dans le doute », elle jette son dévolu sur les plus chers. « Bio ou pas bio, de toute façon, tout le monde triche », assène-t-elle, désabusée. Pour rassurer ses clients, l'enseigne allemande Lidl, réputée pour ses prix bas, a décidé depuis trois jours d'apposer des affichettes sur lesquelles on peut lire : « Nous ne sommes pas concernés par les oeufs contaminés des Pays-Bas », mais cela ne suffit pas à apaiser la défiance des consommateurs.

 

LIRE AUSSI

>  « Il faut donner la liste et rappeler tous les produits infectés »

 

D'autant plus que l'affaire n'en finit plus de rebondir. Hier, l'Espagne affirmait avoir reçu et détruit 20 000 unités d'oeufs liquides en provenance de la France et contaminés au fipronil. En France, 48 000 oeufs frelatés ont bel et bien été mis en vente entre le 19 et le 28 juillet sous l'étiquette Leader Price Bio. Les lots incriminés ont été retirés, assure l'enseigne. Mais, dans ce Leader Price Express du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 il y a 7 jours

    Faites donc confiance à Spanghero ! garantie sans œufs !

  • tttt9 il y a 7 jours

    10 oeufs bio pour 3 Eur; ça sert à quoi d'économiser 0.50 Eur ?

  • PITCH30 il y a 7 jours

    Aiki41, sur que d'aller à Paris est plus dangereux je suis de passage à la goutte d'or ce matin, quel cloaque cette ville ! Je suis Blanc, donc de la minorité visible, pas facile à supporter.

  • secret05 il y a une semaine

    mdr a qui faire confiance FACILE NOS PAYSANS!!!!!!!!!!!!hautes alpes 0.20€ l œuf fermier !

  • paspil il y a une semaine

    de toute facon qd les 128 enfants sont morts dans l'affaire de l'hormone de croissance personne n'est allé en prison , et vu la durée de la procedure c'est un peu normal , l'esperance de vie etant bien trop faible en France pour qu'un mise en cause soit encore en vie au moment du verdict final ...

  • paspil il y a une semaine

    il faut en manger 10 par jour ... le pb c est que l'on ne sait pas si c 'est pour un adulte de 80 KG ... j 'imagine sur un enfant de 40 KG en mauvaise santé ayant un patrimoine genetique different ce serait different ...

  • aiki41 il y a une semaine

    Était-ce des œufs bio ??? et bien non !! alors pourquoi ce patacaisse pour une présence de produit chimique dont la teneur est 10 fois en dessous de la norme recommandée par les organismes sanitaires. Vivre à Paris est sûrement plus dangereux, pourquoi ne pas évacuer les parisiens de Paris pour des raisons sanitaires ??

  • tjordan1 il y a une semaine

    Ces œufs n'ont jamais contaminé personne. Il faut en manger 15 par jour pour être contaminé. A qui profite tout cepataquès? Faire peur fait vendre la presse.

  • aiki41 il y a une semaine

    Faire son propre jardin et ceux qui habitent en ville, amener les villes à la campagne :)

  • CHANOMAR il y a une semaine

    Certains exportateurs vendaient plus de produits bio qu'ils n'en produisaient", enrage le contrôleur, qui a dû déclasser 100 tonnes de fruits. Au moins ne se sont-ils pas retrouvés sur les étals européens sous l'étiquette AB, le label certifiant l'agriculture biologique. Contrairement à ces concombres égyptiens, à ces abricots secs turcs, à cette huile d'olive espagnole, à ces pommes ou à ce blé argentins, eux aussi bourrés de pesticides, ou encore à ce riz OGM américain. De quoi s'interroger su