Oeneo surfe sur le succès de ses bouchons en liège

le
0
OENO SURFE SUR LE SUCCÈS DE SES BOUCHONS EN LIÈGE
OENO SURFE SUR LE SUCCÈS DE SES BOUCHONS EN LIÈGE

PARIS (Reuters) - Oeneo envisage d'accroître sa capacité de production pour faire face à la demande pour son produit phare, le bouchon Diam qui permet de contrôler la molécule qui se développe dans le liège et est responsable du goût de bouchon.

Le fabricant français de bouchons pour la filière viticole anticipe une croissance à deux chiffres de ses ventes de bouchons pour l'exercice qui s'est achevé en mars, a précisé jeudi à Reuters son directeur financier Hervé Dumesny, en marge d'un forum d'investisseurs à Paris.

Le groupe, qui tire son origine d'une tonnellerie charentaise créée en 1838, s'attend à des volumes de deux milliards d'unités d'ici trois ou quatre ans, soit le double de leur niveau actuel, a-t-il ajouté.

"Si la tendance continue à être aussi favorable, nous devrons augmenter la capacité de notre usine de bouchons", a-t-il dit.

Le coût de cette d'expansion, estimée à plusieurs dizaines de millions d'euros, sera facilement couvert par la récente cession de la tonnellerie Radoux à Tonnellerie François Frères, a indiqué Hervé Dumesny.

Les recettes de la vente, estimées à environ 40 millions d'euros, ramèneront également la dette nette du groupe à moins de 20 millions, contre 66 millions en 2010-2011, a-t-il ajouté.

Le marché mondial du bouchon représente environ 17 à 18 milliards de bouteilles par an. Oeneo, qui cible les vins haut de gamme, revendique la troisième place derrière le portugais Amorim et la société belgo-américaine Nomacorc.

Le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 142,5 millions d'euros en 2010-2011, affiche une capitalisation boursière de 118,5 millions d'euros. Le titre a clôturé à 2,40 euros jeudi en Bourse de Paris (+6,67%), et gagne 24,4% depuis début janvier.

Alice Cannet, Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant