Ode à Blaise

le
0
Ode à Blaise
Ode à Blaise

Raillé plus qu'encensé à cause de son style de marathonien, Blaise Matuidi n'en est pas moins indispensable à une équipe. Grâce au retour de Motta et de ses jambes, Blaisou court toujours, mais marque.

Le 5 avril dernier, l'affiche de Ligue 1 du dimanche soir a vraiment de la gueule : un OM-PSG potentiellement décisif pour le titre. Après une grosse demi-heure de jeu, les Parisiens sont en mauvaise posture. Dédé Gignac a confirmé son statut de franchise player dans le Classique en s'imposant dans les airs face à Marquinhos pour ouvrir le score, et dans la foulée, David Luiz s'est effondré, victime de sa cuisse. Alors que Van der Wiel vient de faire son apparition, Blaise Matuidi décide de tenter quelque chose qu'il n'a jamais réussi, et ne réussira probablement plus jamais. Sur la gauche, aux abords de la surface, il efface Dja Djédjé d'un crochet intérieur avant d'ouvrir son pied droit. Mandanda se détend, pas assez, il ne fait qu'effleurer ce délicieux enroulé qui vient toucher le poteau avant de rentrer. Oui, Blaise Matuidi, le pur gaucher pas forcément à l'aise avec la gonfle, vient de marquer un superbe but du droit, ce pied qui ne lui sert normalement qu'" à monter dans le bus ". Lui-même ne comprend pas vraiment : " Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai fait. Je ne me suis pas posé de question. J'ai essayé de cadrer. J'ai eu la chance de le faire et Steve l'a presque sortie ". Steve, son copain, il ne le chambrera pas : " C'est quelqu'un que j'apprécie énormément. Cela fait partie du football. Dans deux, trois mois, ce but sera oublié. Ça m'a souri ce soir, c'est bien. Bien sûr, mes coéquipiers m'ont charrié. Ils m'ont félicité et on va retenir ce but sur ce match ". De fait, Laurent Blanc confirme qu'on se moquera plus du buteur que du battu : " Il avait travaillé cette semaine pour marquer et on l'avait un peu chambré, parce qu'il n'avait pas eu une réussite totale ".
Mi-figue mi-raisin
Ça, c'est le destin de Blaise Matuidi. Être constamment raillé quand il réussit quelque chose. Parce qu'il n'est qu'un " poulet sans tête ", un " marathonien aux trois poumons ". Ce joueur est une énigme. Il n'est ni grand (1,75m) ni costaud (70 kg). Il n'est pas rapide. Il n'est pas technique. Il n'a pas de vision du jeu. Il ne gagne même pas tant de duels que ça. Si l'on regarde les stats, il est globalement mi-figue mi-raisin. Selon Squawka, il fait en moyenne deux actions défensives par match (généralement une interception), comme Verratti et Cabaye, une de moins que Motta. Il gagne 49% de ses duels, que ce soit par le dribble, par le tacle ou de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant