Occasions ratées

le
0
Occasions ratées
Occasions ratées

Parce que, pour se faire un nom dans le foot, il ne suffit pas d'être bon balle au pied. L'histoire d'Alexis Genet est celle d'un type formé à l'OL qui avait tout pour se forger une belle carrière. Sauf qu'Alexis Genet est un gars un peu poissard qui a signé en D2 allemande grâce à une bagarre générale.

Anthony Réveillère vient de se blesser, ligament croisé. Le pilote de la formule 1 lyonnaise Gérard Houllier rappelle en urgence un François Clerc sur l'autoroute, en direction de l'Allemagne pour un essai à Sarrebruck (D2). Si le club attend un latéral, c'est un défenseur central qui se pointe. "Début 2005, je fais le stage à Tignes, je participe aux entraînements avec le groupe, mais je joue en CFA. On était quatre, cinq joueurs formés à Lyon, à chercher du temps de jeu ailleurs, dont François Clerc. " Si le Stéphanois intègre donc le groupe d'Houllier, c'est Genet qui est proposé à Sarrebruck. Deux jours suffiront. " Dans l'effectif, il y avait plus d'une dizaine de Français. Lors des entraînements, un joueur me chauffe à plusieurs reprises. C'est pas dans mon caractère, mais là, je craque et lui pose un tacle sévère. De là, bagarre générale, Français contre Allemands. " À peine le temps de goûter la bière locale que Genet plie ses gaules. Seulement, l'entraîneur a aimé ce petit Français au tempérament affirmé. Il signe. Le seul coup de pouce du destin étrange d'Alexis. Parce que pour le reste de sa carrière, il n'a pas eu vraiment le cul bordé de nouilles.

Caveglia ne fait pas le boulot


À 33 ans et des brouettes, Alexis Genet a décidé de mettre un terme à sa carrière en ce début 2015. Parmi ses derniers partenaires de jeu, Govou ou encore Giuly pour les plus connus. Si ce défenseur central a vécu une carrière professionnelle de seconde zone, c'est qu'il n'a pas été aidé, jusqu'en équipe de France de jeunes, où son pendant n'était autre que Philippe Mexès. Lyonnais de sang et de filiation - son grand-père, Lucien, et son père, Guy, ont été pros à l'OL -, Alexis Genet signe son premier contrat chez les Gones en 2003. " Je portais le maillot lyonnais depuis mes sept ans. Quand je sors, c'est le début de la grande époque et des titres en pagaille. " Peu de joueurs du centre de formation explosent au cœur des internationaux. Il demande alors à Paul Le Guen d'être prêté, et pour cause : la concurrence lui oppose Cris, Edmilson ou encore Patrick Müller. Direction Le Havre (Ligue 2), avec Domergue aux manettes. Une place de titulaire indiscutable, mais un retour de prêt quand même. " Là, franchement, je sors d'une grosse saison en Ligue 2, je suis confiant. " C'était sans compter sur…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant